Le DSF apporte sa contribution au Programme Régional Forêt-Bois de la région Grand-Est
Louis-Michel Nageleisen (DSF)

La forêt couvre le tiers du territoire régional. Actuellement, les problèmes sanitaires sévères sont localisés à certains massifs forestiers, ou limités à certaines essences. Des surfaces importantes restent cependant vulnérables à différents aléas.

La chênaie représente le quart de la surface forestière. Le chêne pédonculé est souvent affecté par des dépérissements, dans des peuplements très âgés et dans des conditions stationnelles non optimales, bien plus que le chêne sessile.

Le hêtre, très présent dans la région, est plutôt en bonne santé, mais a connu des phases de dépérissement suite aux sécheresses-canicules de ces dernières décennies.

La chalarose du frêne va faire régresser cette essence dans les années à venir.

En populiculture, la diversification des cultivars est la meilleure solution pour limiter les risques sanitaires.

Parmi les résineux, l’épicéa a été largement répandu en reboisement jusqu’en plaine, le sapin pectiné est localisé dans le massif vosgien. Ils présentent tous deux une grande sensibilité au stress hydrique, les peuplements affaiblis étant par la suite attaqués par des insectes cambiophages.

La situation sanitaire du pin sylvestre est plutôt favorable. Il en est de même pour le douglas, avec une certaine vigilance compte tenu de plusieurs problèmes observés ces dernières années

Voir la contribution au PRFB Grand-Est

Voir aussi