Italie

Télécharger la fiche Italie - Collection 2019 (PDF, 238.09 Ko)

Contexte agricole et relations internationales

Ce qu'il faut retenir

L’Italie est un pays dont la population est âgée et diminue. Sur le plan économique, pénalisée par une faible productivité et un endettement public élevé, l’Italie fait face à une croissance fragile et à un taux de chômage qui reste important.

La péninsule connaît des conditions naturelles (sols et climats) variées avec un relief très marqué. Un tiers seulement de la surface agricole utile (SAU) se trouve en zone de plaine.

Troisième pays agricole de l’Union européenne (UE) après la France et l’Allemagne sur la base de la valeur de la production (45,1 Md€) en 2017, l’Italie occupe la première place s’agissant de la valeur ajoutée agricole (31,9 Md€).

Les structures de production agricole sont petites et nombreuses. La surface moyenne des exploitations, bien qu’en augmentation, n’est que de 12 ha (2013). La population agricole reste relativement importante. Les disparités entre le Nord (plus structuré et plus productif), et le Sud et les îles (plus extensifs et moins organisés) sont marquées. Le revenu agricole diminue depuis 2013.

Le secteur des industries alimentaires affiche en revanche des résultats économiques positifs, tirés notamment par ses très bonnes performances à l’exportation.

L’Italie occupe la première place européenne en matière de productions sous signes de qualité (AOP, IGP ou STG). Elle est également l’un des leaders de l’agriculture biologique dans l’UE (14% de la SAU en 2016).

Tous secteurs confondus, l’Italie bénéficie depuis 2012 d’une balance commerciale positive (+ 50 Md€ en 2017). Cet excédent concerne notamment la France (+ 7,3 Md€, hors produits énergétiques). L’Italie est ainsi le 4e pays contributeur au déficit commercial de la France (à hauteur de 8% en 2017).

En 2017, la France était le 2e partenaire commercial de l’Italie (2e fournisseur et 2e client) derrière l’Allemagne. Inversement, l’Italie était le 3e partenaire commercial de la France : 3e client derrière l’Allemagne et l’Espagne, 3e fournisseur derrière l’Allemagne et la Chine.

L’Italie est déficitaire en produits agricoles (- 7,4 Md€ en 2017). Elle est le 1er client de la France pour ces produits (2,1 Md€ en 2017, soit 15% du total des exportations françaises). L’Italie est en revanche excédentaire pour les produits alimentaires transformés (+ 3,4 Md€).

Les forces du secteur agricole italien sont la renommée mondiale de produits emblématiques, la capacité à valoriser l’origine italienne et l’importance culturelle de la gastronomie et de l’alimentation.

Les faiblesses du secteur agricole italien sont le prix du foncier, les structures à moderniser, l’organisation des filières et l’exposition aux risques naturels.

Voir aussi