Deuxième rapport sur l'inventaire national des ressources génétiques forestières
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Sept ans après la publication du premier inventaire des ressources génétiques forestières présentes sur les territoires français (métropolitain et ultramarin), ce nouvel inventaire national met en évidence une grande diversité d'espèces, confirmant l'exceptionnelle diversité des ressources génétiques présentes dans les forêts françaises. La France est le 5e pays répertoriant le plus grand nombre d'essences forestières après le Brésil, la Colombie, l'Indonésie et la Malaisie. À ce jour, 5 213 essences forestières ont été identifiées (espèces et sous-espèces)*.

Dans le cadre de cet inventaire mondial conduit par la FAO tous les cinq ans, chaque pays prépare et publie un rapport national. Les ressources génétiques forestières désignent toutes les espèces d'arbres présents en forêt, ainsi que la diversité génétique au sein de ces espèces. Cette diversité s'exprime dans une grande variété de climats, au sein de formations forestières largement répandues, mais aussi à travers des populations rares ayant réussi à développer des adaptations génétiques spécifiques dans des conditions difficiles (climat, sol...) et d'insularité.

Ce deuxième inventaire présente la diversité des forêts françaises dans leurs différents contextes bioclimatiques et aborde spécifiquement les enjeux liés aux ressources génétiques forestières. Il est le produit d'efforts d'inventaires de terrain réalisés par des forestiers et botanistes ainsi que de nombreuses analyses scientifiques et synthèses rédigées à l'échelle de chaque territoire d'Outre-mer.

Les 14 tomes de ce deuxième inventaire portent sur les territoires suivants :

À télécharger

À consulter


* Répartition par territoire des 5 213 espèces et sous-espèces forestières identifiées :

  • Guyane (1 769 espèces indigènes) ;
  • Nouvelle-Calédonie (1 544 espèces dont 834 endémiques et indigènes) ;
  • La Réunion (890 espèces et sous-espèces) ;
  • L'ensemble Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy (396 espèces) ;
  • Polynésie (200 espèces) ;
  • Métropole (128 espèces et sous-espèces, dont 77 indigènes) ;
  • Mayotte (108 espèces) ;
  • Wallis-et-Futuna (83 espèces) ;
  • Îles éparses (76 espèces) ;
  • Saint-Pierre-et-Miquelon (17 espèces) ;
  • Île Amsterdam (1 espèce) ;
  • Île de la Passion (1 espèce).

De nombreuses informations restent à collecter quant aux effectifs de ces espèces et à leur diversité intra-spécifique. La diversité en nombre d'espèces ne présume pas du niveau de diversité génétique au sein des espèces. Elle est dans certains cas restreinte et dans d'autres relativement importante.