05 mai 2022 Publication

Avenir de la station nucicole expérimentale de Creysse et perspectives de la filière noix du Sud-Ouest

  • Grégoire Thomas

Le CGAAER a été chargé d’étudier l’avenir de la station expérimentale nucicole de Creysse dans le Lot, et les perspectives de la filière noix du Sud-Ouest.

Bandeau de la lettre du CGAAER d'avril mai 2022

champs de noyers
Noix sudouest

Rapport de mission de conseil n°21106-P

Avril 2022

Mots-clés : Noyer, développement agricole, conduite de la culture, expérimentation, filière, interprofession

Enjeux

La station d’expérimentation nucicole de Creysse est une station d’expérimentation sur la noix, située dans le Lot mais assurant des expérimentations de recherche-innovation d’intérêt commun pour l’ensemble de la zone de production du Sud-Ouest, principalement située en Dordogne, dans le Lot et en Corrèze.

Exposée à des pertes en culture dues à des aléas climatiques récents et répétés, la station se trouve dans une situation financière difficile. Une mission du CGAAER a été chargée d’étudier son avenir et les perspectives de la filière noix du Sud-Ouest.

Méthodologie

Cette mission de courte durée a cherché à identifier et analyser :

  • Le contexte territorial et la réalité des enjeux et missions d’innovation, de développement et de transfert, portés par cette station ;
  • Le tissu d’acteurs territoriaux concernés ;
  • La situation réelle de la station à la fois en termes institutionnels, fonctionnels et financièrs ;
  • Les pistes et scénarios de sauvegarde structurels en concertation avec les acteurs locaux en évaluant leur faisabilité et leur acceptabilité locale et territoriale.

La mission a rencontré les acteurs des territoires concernés du Sud-Ouest (Lot, Dordogne, Corrèze) et a également organisé des échanges avec les partenaires nationaux.

Résumé

Partie d’une analyse conjoncturelle pour l’avenir de la station de Creysse, la mission a pu établir que son avenir était largement conditionné par le développement futur de la filière et de l’interprofession noix dans le Sud-Ouest. La noix apparait comme une filière d’avenir pour ces territoires et constitue une culture de premier plan.

Encore partiellement traditionnelle, la culture du noyer constitue une production principale raisonnée dès lors qu’on l’intègre dans les systèmes d’exploitation et de culture participant aux transitions climatique, agro-écologique et alimentaire. C’est pourquoi la filière doit encore davantage s’organiser et construire une interprofession forte qui concerne aussi bien la production que la distribution et la commercialisation.

Les professionnels de la noix, jusqu’alors peu rassemblés, ont éprouvé le besoin de se structurer au sein d’une interprofession Internoix Sud-Ouest, créée en fin 2021. Celle-ci rassemble tous les acteurs et s’est donnée trois missions : communication (en lien avec l’AOP Noix du Périgord), recherche-innovation-transfert et commercialisation. Représentant aujourd’hui deux tiers des tonnages, elle devra faire rapidement la preuve de ses plus-values.

Dans ce nouveau cadre, la station de Creysse pourrait devenir l’outil principal de recherche-innovation au service de l’interprofession.

La mission émet plusieurs recommandations visant la montée en puissance et le soutien de cette interprofession, notamment par la construction d’un plan de filière sous deux ans, avec l’appui des acteurs et partenaires concernés. Elle recommande également d’explorer rapidement les voies d’une structuration nationale et de partenariats. Elle recommande à la station de s’inscrire au mieux dans cette dynamique moyennant des évolutions structurelles de sa propre gouvernance et la construction d’une stratégie partagée et priorisée, permettant de faire converger l’avenir de la filière et celui de la station.

La mission émet plusieurs recommandations pour la montée en puissance et le soutien à la structuration de cette interprofession, notamment par la construction d’un plan de filière sous deux ans, avec l’appui des acteurs et partenaires. Elle recommande également d’explorer rapidement les voies d’une structuration nationale et de partenariats. Elle recommande à la station de Creysse de s’inscrire au mieux dans cette dynamique moyennant des évolutions structurelles de sa propre gouvernance et la construction d’une stratégie partagée et priorisée, permettant de faire converger l’avenir de la filière et celui de la station nucicole de Creysse.

À télécharger