Plus de 12 000 exploitations agricoles engagées dans les groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE)
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Les Groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) permettent une reconnaissance officielle par l’État de l’engagement collectif d’agriculteurs dans la modification ou la consolidation de leurs pratiques en visant une performance économique, environnementale et sociale. Ils constituent l’un des outils structurants du projet agroécologique pour la France.

Un site dédié aux collectifs en transition agroécologique

La plateforme « collectifs agroécologie » permet de trouver facilement les informations sur les collectifs agroécologiques (au delà des GIEE).

Les collectifs agroécologiques sont des groupes d'agriculteurs pour échanger sur les pratiques agricoles et partager leurs expériences et connaissances en agroécologie. Plusieurs dispositifs reconnus par les pouvoirs publics sont recensés dans cette base.

Qu’est-ce qu’un GIEE ?

Les GIEE sont des collectifs d'agriculteurs reconnus par l'État qui s'engagent dans un projet pluriannuel de modification ou de consolidation de leurs pratiques en visant à la fois des objectifs économiques, environnementaux et sociaux.

À télécharger

Qui sont les GIEE ?

753 GIEE ont été reconnus depuis 2015. Ils rassemblent plus de 12 000 exploitations. Cet engagement commun dans l'agroécologie se traduit par une grande diversité de situations :

  • par la taille des collectifs : entre une petite dizaine et plus de 100 agriculteurs, avec une moyenne de vingt agriculteurs ;
  • par leur localisation, dans toute la France, et leur échelle géographique, de la commune à la région ;
  • par leurs productions, toutes les filières agricoles étant représentées, y compris l’apiculture ou les plantes aromatiques et médicinales ;
  • par la diversité des partenaires avec qui ils travaillent : acteurs du développement agricole, de l'enseignement, de la recherche, collectivités territoriales, entreprises de transformation et distribution, associations environnementales, etc. ;
  • par les thématiques abordées, témoignant d'une importante transversalité des approches.

Aux côtés des GIEE, des collectifs travaillant spécifiquement sur la réduction d'usage des produits phytopharmaceutiques sont accompagnés dans le cadre de "groupe Écophyto 30 000". 500 groupes rassemblant 6 600 exploitations ont ainsi été reconnus.

Depuis trois ans, l'émergence de nouveaux projets est accompagnée. Des collectifs en constitution peuvent être financés pendant un an, pour structurer un groupe qui pourra le cas échéant être reconnu comme GIEE ou groupe Écophyto 30 000 l'année suivante. Ainsi, en 2020, l'émergence de 180 nouveaux collectifs, GIEE ou groupe Écophyto 30 000, a été soutenue.

Comment faire partie d'un GIEE, ou encore d'un groupe Écophyto 30 000 ?

Des appels à projets visant à faire émerger, reconnaître et accompagner les GIEE et les groupes Écophyto 30 000 sont lancés dans chaque région chaque année avant le 31 mars.

Quels sont les avantages d’être reconnu GIEE ?

Les actions prévues dans un projet reconnu dans le cadre d’un GIEE ou d'un groupe Écophyto 30 000 bénéficient de majoration dans l’attribution des aides ou d’une attribution préférentielle des aides, selon les possibilités offertes par le programme de développement rural régional. Celles-ci pourront provenir de plusieurs sources et notamment de financements européens (FEADER, FEDER, FSE,...), de l’État, des collectivités territoriales ou d’organismes publics (Ademe, Agence de l’eau...).

Quelle est la règlementation applicable ?

Loi n°2014-1170 du 13 octobre 2014 d’avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt

Voir aussi