Pique-nique idéal : sur la route du Nord
©Pascal Xicluna/Min.Agri.Fr

Sur la route des vacances - Vous partez vers le Nord ? découvrez notre pique-nique idéal.

Des cerises de Montmorency

Arrêt minute en Ile-de-France pour y goûter la cerise de Montmorency, griotte acide recherchée pour la préparation des conserves et des confitures. Si elle était beaucoup cultivée au 17ème siècle, dans les vergers situés en bordure de forêts, l’urbanisation et la concurrence des bigarreaux ont au fil du temps contraint à réduire sa surface d’exploitation autour des communes de Saint-Prix et de Soisy. Elle n’en reste pas moins appréciée pour ses qualités gustatives reconnues.

Des haricots de Soissons

Direction la Picardie, à la découverte du fameux haricot de Soissons, cette grosse graine blanche, très nutritive, à la culture particulièrement fastidieuse qui s’est bien adaptée au vent et au sol humide de la Picardie. Si autrefois, le haricot de Soissons accompagnait les rissoles, les beignets farcis typiques de la région, on peut aujourd’hui les déguster sous la forme de bonbons, sortes de dragées recouvertes de chocolat.

Du jambon des Ardennes

Un peu plus à l’Est, au pays du sanglier et du cochon, on déguste le jambon sec des Ardennes, qui a la particularité d’être salé, frotté à la main et non fumé. Neuf mois au total sont nécessaires pour que le sel, le froid et le temps affinent ce jambon, qui se déguste d’abord à l’apéritif !

Des crevettes grises de Normandie

Direction la grande mer, celle de l’Ouest pour profiter des crustacés et autres coquillages qui y sont abondants. En particulier, la crevette grise, qui de Fécamp à Cherbourg, est très réputée. Les pêcheurs amateurs la pêchent au crevettier dès la basse mer. À la belle saison, ils sont si nombreux qu’ils font partie intégrante du paysage côtier normand.

Du Maroilles

On ne pouvait passer par les routes du Nord, sans un morceau de Maroilles, fromage Appellation d’Origine Protégée depuis 1955 : on y reconnaît ses prairies et ses bocages ! Crémeux, onctueux, souple, franc, puissant, corsé, les ch’tis le dégustent « jeune » au petit déjeuner, mais il est le plus souvent apprécié affiné en fin de repas. On le consomme aussi au travers de spécialités régionales comme la célèbre flamiche ou tarte au maroilles. Il accompagne aussi les gaufres, les crêpes, les tartes, les gratins, etc.

Voir aussi