PEI-AGRI : « Un dispositif unique qui crée une synergie entre le monde agricole et le monde de la recherche »

Lancé en 2014 par la Commission européenne, le partenariat européen pour l'innovation agricole (PEI-AGRI) a vocation à créer des synergies entre acteurs du monde agricole et de la recherche. Alexia Rouby, chargée de recherche à la direction générale de l'Agriculture de la Commission européenne, en précise le fonctionnement. Interview.

Comment soutenez-vous les projets d'innovation transnationaux ?

Nous souhaitons développer une approche interactive de l'innovation en exigeant qu'une grande partie des propositions soient "multi-acteurs". Nous voulons non seulement des chercheurs mais aussi des associations d'agriculteurs ou des conseillers agroalimentaires, voire des ONG… Et que les acteurs du terrain, par exemple les agriculteurs dans le cas d'un projet sur les pratiques agricoles, soient impliqués dès le départ dans la formulation des questions, l'organisation des expérimentations et la diffusion des résultats via leur réseau professionnel ou leurs activités entre pairs.

De 2014 à 2020, 60% des initiatives (190) ont ainsi été multi-acteurs, ce qui représente un milliard d'euros de financements. Parmi elles, on trouve des projets visant à accroître la culture et la consommation durables de légumineuses à travers l'Europe, à aider les acteurs de l'agriculture biologique à utiliser exclusivement de l'alimentation biologique et régionale pour leurs élevages, ou encore à accélérer la transformation numérique du secteur agroalimentaire grâce à un réseau européen de centres d'innovation.

Le PEI finance également des projets à moindre échelle ?

Alexia Rouby : Oui, il y a également des initiatives locales, régionales voire nationales, qui sont financées dans le cadre de la politique agricole commune (PAC), et notamment de la politique de développement rural. Les acteurs de ces projets décident dans un premier temps de se rassembler au sein de "groupes opérationnels" pour travailler à des solutions concrètes à un problème ou une opportunité d’innovation. Une fois les besoins et les partenaires identifiés, ces groupes font appel aux autorités de gestion de chaque État membre pour un financement.

En France, ce sont les régions qui mettent en place le programme, et donc rédigent les appels à projets qui seront financés par l'Union européenne. Elles peuvent ainsi choisir des thèmes qui correspondent aux enjeux et priorités du territoire.

Quel bilan tirez-vous du PEI - AGRI, 5 ans après sa création ?

C'est une première : ce dispositif unique en son genre a été mis en place il y a 5 ans à partir de zéro. Il n'y a aujourd'hui que dans le secteur agricole qu'on a cette synergie entre monde agricole et monde de la recherche, et cette interaction entre petits et grands projets. Cela a mis du temps à se mettre en place mais les résultats sont prometteurs. Il y a encore deux ans il n'y avait presque pas de groupes opérationnels, aujourd'hui on est en train passer le millier.

Aujourd'hui, nous avons des retours intéressants et des résultats très positifs. Nous voyons beaucoup de nouveaux consortiums : la moitié de ceux qui participent au volet "alimentation" du programme horizon 2020 n'étaient pas des bénéficiaires du précédent programme européen de recherche (2007–2013). Et on y trouve notamment des organisations professionnelles agricoles, des organisations de conseil, des instituts techniques très appliqués qui auparavant ne trouvaient pas forcément leur place dans un programme qui considérait l'excellence scientifique comme critère d'évaluation.

Dans le soutien "classique" à la recherche, les chercheurs travaillent d'abord en laboratoire sur un projet, font de la recherche plus appliquée sur le terrain puis contactent les agriculteurs pour avoir leur avis. Mais ils se rendent parfois compte que leur projet ne correspondait pas à un besoin. Dans l'innovation interactive nous faisons l'inverse : on met tous les acteurs ensemble au départ et la recherche est là pour servir les besoins concrets de l'agriculteur sur le terrain. On a vraiment changé… et je pense que nous sommes en train de changer, en partie, la façon de faire de la recherche agricole en Europe.

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Alexia Rouby sur le site Toute l'Europe

Le PEI-AGRI et son réseau   

Le PEI AGRI ce sont aussi des réseaux, pour connecter les acteurs, capitaliser et valoriser les projets :

Retour sur l'Agri Innovation Summit 2019

Le second Sommet européen du PEI-AGRI, dédié à la contribution du PEI-AGRI à la transition agroécologique, s'est tenu en juin 2019 à Lisieux. 
Plus d'infos sur cet événement.

Voir aussi