Nombreuses attaques de pyrale du buis en région Auvergne-Rhône-Alpes
01/08/2016
Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr
Les buis en forêt de Savoie, de l’Ain, de l’Isère, de la Drome et de l’Ardèche sont fortement défoliés par la pyrale.

Le réseau de surveillance de la santé des forêts remonte de nombreuses attaques de pyrale du buis depuis le printemps en Auvergne-Rhône-Alpes.

Dégâts de la pyrale en forêt

Bien que le buis ne soit pas considéré comme une essence de production forestière, il fait partie intégrante des peuplements forestiers. Le buis, particulièrement présent en sous étage, contribue à l’ambiance forestière, à la tenue des sols et abrite une importante biodiversité. Les chenilles et imagos de la pyrale du buis (Cydalima perspectalis) sont actuellement visibles sur les buis en forêt.

Un insecte invasif présent depuis une dizaine d’années en France

La pyrale du buis est un insecte originaire d’Asie Orientale, présente en France depuis 2008. Au cours des 6 années sur le territoire, elle s'est propagée dans 70 départements. Les chenilles de ce lépidoptère consomment le feuillage des buis, en rongeant d'abord l'intérieur du buisson. Avec une capacité de 2 à 3 générations par an, les défoliations peuvent être totales. La pyrale ne présente pas de risque d’urtication pour les usagers de la forêt.

Sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, la pyrale du buis est présente sur la totalité du territoire.

Le milieu forestier aussi impacté

En forêt, les attaques occasionnent des défoliations fortes qui peuvent être totales sur certaines zones. Le buis refeuille en général la saison suivante. La pyrale attaque fréquemment les arbres au cours de leur refeuillaison et certains brins peuvent dépérir. Les défoliations totales peuvent avoir un impact fort sur la vitalité de cet arbuste constituant le sous-étage forestier. Les arbres de l’étage dominant peuvent aussi être impactés par la modification de l’ambiance forestière.

Ceci peut donc constituer une gêne pour le buis lors des phases de régénération et augmenter de façon significative le risque incendie, voire la stabilité des versants par rapport aux chutes de blocs. Une surveillance doit être engagée afin de cerner ces nouveaux risques.

Des solutions sur le moyen et long terme

La pyrale est implantée dans tous les milieux, une lutte par traitement sur les zones forestières n'est pas envisageable tant sur le plan technique, économique qu’environnemental.
Le buis constitue également un patrimoine arboré important et structurant tant pour les particuliers que pour les collectivités. Des solutions pour limiter la pression de ce ravageur sont diversifiées comme l'atteste le programme "Save buxus" de mise au point et d'évaluation de solutions de biocontrôle, engagé par l'INRA d'Avignon.

Sur le moyen terme, la recherche de parasitoïdes de la pyrale du buis, en particulier des trichogrammes oophages, constituera la solution la plus durable pour le milieu forestier.
Concernant les autres milieux dans lesquels sont présents ces insectes, différentes mesures de luttes sont possibles. Ces informations sont disponibles dans les Bulletins de Santé du Végétal sur cette thématique.

Nombreuses attaques de pyrale du buis en région Auvergne-Rhône-Alpes (PDF, 574.93 Ko)

 

Voir aussi