Le réseau rural national : réflexions la transition des territoires ruraux
04/07/2016
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Le réseau rural national français (RRN) s'est réuni les 29 et 30 juin 2016 sur le thème de la transition des territoires ruraux. La Commission européenne, les invités des États membres et les acteurs locaux, régionaux et nationaux du développement rural se sont retrouvés au Palais des Congrès de Versailles. Deux journées consacrées à l'échange d'expériences en matière de projets de territoires afin de penser la mise en œuvre des programmes de développement rural régionaux (PDRR).

Réfléchir, construire, partager

L'objectif de ces deux jours est d'accorder un temps de réflexion collectif, de partage de bonnes pratiques autour des problématiques liées au développement rural. Collaboratives et transversales, les rencontres organisées par le RRN sont l'occasion de débats constructifs entre celles et ceux qui font le développement des territoires. Pour cette nouvelle édition, plusieurs élus régionaux et témoins institutionnels et économiques étaient présents. En livrant leur vision du développement des territoires ruraux, ils ont permis de faire avancer la réflexion autour d'une transition rurale bel et bien en marche.

Retrouvez le programme des séminaires sur le site du réseau rural français

Une transition multiple et collective

La réflexion autour de l'aménagement du monde rural de demain doit, comme l'a expliqué Stéphane Le Foll lors de son discours d'introduction, intégrer des préoccupations d'ordre énergétique, associer les problématiques d'accès à la santé, et permettre d'élaborer un réseau de transports efficace qui favorise la connexion entre les territoires et leurs acteurs. Pour Martin Vanier, professeur de géographie, aménagement et urbanisme, la transition agricole est un élément essentiel et indissociable de la transition rurale.
Ensemble : tel est le mot d'ordre du réseau rural. L'avenir des territoires ruraux doit reposer sur une démarche collective, qui rassemble à tous les niveaux. Cela passe par la coordination des acteurs locaux et le rapprochement entre les élus et les porteurs de projets. L'enjeu est d'intégrer des pratiques innovantes aux politiques menées localement afin de les consolider, d'assurer un meilleur suivi et un accompagnement de qualité. Créer du lien et favoriser l'interconnaissance entre les espaces ruraux, urbains et périurbains est un point essentiel de la transition, comme l'a souligné Laurence Fortin (vice-présidente chargée de l’aménagement territorial au Conseil régional de Bretagne) : rendre visibles les différentes richesses des territoires, encourager les initiatives pour engager un véritable travail partenarial et collectif doit être l'un des moteurs de la démarche. Par la mise en relation des différents niveaux (régionaux, nationaux et européens), le réseau rural permet de partager les actions menées à chaque échelon et facilite la transférabilité de certains projets.
Ces rencontres furent également l'occasion de découvrir des projets innovants et probants qui contribuent à la transition des territoires ruraux, notamment en favorisant la cohésion économique et sociale et en intégrant la dimension environnementale. Enfin, la dernière table ronde de la journée a permis d’ouvrir la réflexion aux premières perspectives post-2020 en présence du Mihail Dimitru, directeur général adjoint en charge du développement rural et de la recherche à la Commission européenne et de Thierry Mazet, directeur général agriculture à la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente. Cette journée riche en échanges a été conclue par Jean-Michel Baylet, Ministre en charge de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Cohérence et coopération

Au cours de la seconde journée, les acteurs du réseau ont pu participer au premier séminaire du Partenariat européen pour l'innovation pour une agriculture productive et durable (PEI). Ce partenariat a pour particularité de soutenir l'innovation produite par des groupes multi-acteurs associant notamment des agriculteurs, des forestiers, des entreprises, et ce avec l’aide de conseillers, de chercheurs, d’instituts techniques, d’associations, de collectivités… L'objectif est de trouver des solutions innovantes aux besoins des acteurs de terrains. Ce premier séminaire, au travers de témoignages concrets, a permis de faire connaître le PEI. « Le groupe est toujours meilleur que le meilleur du groupe » a rappelé un intervenant. Les témoignages d’acteurs européens ont démontré la réelle valeur ajoutée d'associer plusieurs pays, connectés à de nombreux territoires : identifier plus de bonnes pratiques et solutions, produire plus de connaissances, accélérer le transfert des innovations… L'importance des réseaux dans cette ouverture, les connexions, le transfert des innovations a été largement soulignée.

Durant l'après-midi, s'est tenue l'Assemblée générale du réseau rural, qui a permis une nouvelle fois de donner la parole aux membres du réseau, au cours d'une séquence interactive et dynamique de projection des thématiques et des outils à déployer dans le cadre des activités du réseau rural.

Et aussi : comprendre le Réseau rural national en vidéo


En savoir plus sur le réseau rural

Voir aussi