La révolution producteurs-consommateurs par Hervé Pillaud
© Clémend Pillaud

L'internet, les blogs, les réseaux sociaux, Hervé Pillaud les connait bien et les pratique depuis longtemps. Convaincu que le numérique porte en lui le principe d'une agriculture durable et productive, il a publié en 2015 "Agronumericus", livre où il explique comment les agriculteurs vont s'approprier ces nouvelles technologies. Interview.

Le numérique est-il en train de changer  notre modèle alimentaire?

Aujourd'hui, les consommateurs sont pour l'essentiel, citadins. Et s'ils sont plutôt bienveillants à l'égard des producteurs, il y a une forte méconnaissance de l'agriculture, des modes de production. Le numérique a un rôle clé à jouer dans le renforcement des liens entre producteurs et consommateurs. Le consommateur a besoin de lien, il est d'ailleurs en demande si on regarde le développement des circuits courts, des Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) etc. De la même manière, les blogs de cuisine, les réseaux sociaux se développent car ils entretiennent ce lien.

Que va changer le numérique pour le producteur ?

Le numérique va avant tout changer son rapport avec le consommateur. Demain, nous pourrons davantage individualiser l'offre, grâce à la data et mieux cibler le consommateur. C'est ce que font déjà Google et Facebook en nous proposant des publicités personnalisées. Cela permettra une mise en production au plus près des besoins des consommateurs. On pourra affiner la production pour éviter la discordance de l'offre et de la demande en limitant la fluctuation des prix. On pourra également réduire les coûts en matière de logistique, en circuit court comme en circuit long, par une mutualisation des transports. Le numérique est un magnifique outil de mise en relation des acteurs !

Pour l'instant le numérique est intégré à l'agriculture mais le changement est en marche : l'agriculture s'intègre progressivement au numérique. Un changement qui s'inscrit dans une évolution globale de la société. Dans le futur, je pense que l'engagement des consommateurs et la co-construction entre producteur, citoyens et l'ensemble des acteurs seront essentiels. Les living labs se développent dans cet esprit avec des concours de start-up « vertes » qui boostent l'innovation.

Hervé Pillaud est éleveur, Secrétaire général Chambre d'Agriculture et Vice-président de la FDSEA Vendée.