À la découverte du raisin Chasselas de Moissac AOP
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

C'est au cœur du Tarn et Garonne, dans l’un des principaux départements producteurs de fruits, qu'est produit un raisin blanc de table d’exception : le Chasselas de Moissac. Ce fruit, qui façonne les paysages moissagais, a reçu une Appellation d'origine contrôlée en 1971 puis une Appellation d'origine protégée en 1996.

Un grain croquant, fin et lumineux, une couleur dorée, une grappe souple, une pulpe rafraîchissante, et un goût sucré : le Chasselas de Moissac fait la fierté du Tarn et Garonne.

Ce raisin de table au léger goût de miel et de fleurs est indissociable de son terroir et du savoir-faire transmis de génération en génération. Sa qualité gustative et sa saveur délicate proviennent autant des conditions favorables à sa culture qu’à l’engagement des producteurs pour assurer cette qualité. Son territoire de production s’étend du nord-ouest du Tarn-et-Garonne au sud du Lot, dans le Quercy.

Chiffres-clés de la filière

  • 254 producteurs ;
  • 491 hectares AOP sur 76 communes ;
  • 2 500 à 3 500 tonnes en moyenne/an de Chasselas sous AOP.

Source : site du raisin Chasselas de Moissac AOP

Savoir-faire des chasselatiers

Tailler et coucher les sarments (tiges grimpantes de la vigne), épamprer (débarasser un cep de ses rameaux), sélectionner les bourgeons pour avoir de belles grappes, tisser les sarments au travers des fils de fer afin de bien capter le soleil et obtenir des grappes aérées… Les chasselatiers, viticulteurs spécialistes en Chasselas, cueillent les grappes à pleine maturité. Ils les travaillent ensuite avec le plus grand soin, les ciselant à la main pour obtenir une grappe parfaite.

La cueillette débute fin août et se poursuit jusqu’aux premières gelées. Les raisins sont alors immédiatement vendus. Une partie de la production est conservée en chambre froide pour être commercialisée jusqu’à la fin de l’année. 

Le saviez-vous ?

Le nom « Chasselas » dérive de la petite commune bourguignonne de Chasselas, près de Mâcon en Saône-et-Loire, d’où étaient vraisemblablement issus les sarments.

Voir aussi