Île-de-France : les priorités du nouveau directeur de la DRIAAF
Benjamin Beaussant est directeur de la Direction Régionale Interdépartementale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt d'Île-de-France (DRIAAF) depuis le 2 septembre 2019. Il détaille ses priorités pour sur ce territoire singulier.

Quels sont les dossiers phares du moment ?

Toutes les opérations que nous conduisons sont orientées vers la mise en œuvre du Plan de transformation ministériel, dans le cadre d’Action Publique 2022.

Avec une population de 12 millions d’habitants, l’alimentation est un dossier fort. La mise en place d’une mission inter-service de l’alimentation (MISAL) réunissant autour du Préfet de Région tous les services de l’État concernés par ce sujet va nous permettre de mieux nous coordonner et d’adopter une stratégie commune. L’installation de cette mission est prévue pour le 16 octobre 2019.

Autre sujet d’importance : la gestion du foncier. Contrairement aux idées reçues, l’Ile-de-France n’est pas constituée que d’immeubles et de trottoirs ! Ce territoire compte 50% de surfaces agricoles et 25% de zones forestières, que nous devons maintenir et préserver. Une politique ambitieuse qui se traduit concrètement par un classement progressif en « forêts de protection ». Ce statut a été créé en 1922 pour lutter contre l’érosion des sols en montagne, la défense contre les risques naturels et la préservation du cordon dunaire en zone côtière. Il a été élargi en 1976 aux forêts périurbaines dont le maintien s’impose pour des raisons écologiques ou pour le bien-être de la population.

En Île-de-France, plus de 60 000 hectares de bois et forêts sont déjà classés, soit 23% de la surface forestière régionale.

Nous souhaitons généraliser cette protection pour les forêts de proche couronne et pour les forêts les plus fréquentées de la deuxième couronne, qui représentent un total de 15 000 hectares (Bondy, Meudon, La Malmaison, Verrières, Armainvilliers et Ferrières, Montmorency, Saint-Germain-en-Laye, Versailles, Marly-le-Roi).

C’est une procédure longue. Nous allons œuvrer pour un premier classement de 3 000 hectares dans les 3 ans à venir.

Autres priorités, le Plan Écophyto, l’harmonisation des positions concernant les zones de non traitement ou la diversification des cultures, qui vont dans le sens d’une réforme des pratiques agricoles.

Une nouveauté dans l’enseignement agricole francilien ?

Il existe 3 établissements publics et 15 établissements privés d’enseignement agricole en Île-de-France, accueillant un total de 4 000 élèves (hors apprentissage). Compte tenu du vivier que représente la population de notre territoire, nous avons tout intérêt à promouvoir les « métiers du vivant » et à favoriser l’émergence d’une véritable identité « enseignement agricole », en impulsant une dynamique public/privé.

Pour ce faire, nous sommes en train de constituer un réseau d’animation de l’enseignement agricole associant tous les établissements du public et du privé. Les outils déployés dans le cadre de la campagne de communication L’aventure du vivant tombent à point nommé !

Consulter le site de la DRIAAF Île-de-France

Les chiffres clés de l'Île-de-France

Le territoire

  • 12 millions d’habitants (soit 19% de la population française)
  • 1,2 million d’hectares : 21% d’espaces urbains, 28% d’espaces boisés et de milieux naturels et 50% d’espaces agricoles (dont 90% dédiés aux grandes cultures)
  • 4 700 exploitations agricoles, représentant 12 000 emplois et plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel

La DRIAAF

  • 140 agents
  • 4 sites : Cachan (direction), Roissy (SIVEP/SRAL), Orly et Rungis (SRAL et SRISE)
  • Un réseau de 4 DDT et 8 DDDP