Gaspillage alimentaire : interview de Lucie Basch, cofondatrice de Too Good To Go
Too Good To Go

Lucie Basch, âgée de 29 ans, est ingénieure de formation. Après ses études à l’école Centrale-Supélec et un double diplôme en logistique et supply chain en Angleterre, elle cofonde en 2016 une application pour permettre aux commerçants de vendre les invendus du jour : Too Good To Go. Un projet de start-up né avant tout de ses convictions et de son engagement pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Comment vous est venue l’idée de cette start-up dédiée au gaspillage alimentaire ?

Après mes études, j’ai travaillé dans un groupe agroalimentaire mondialement connu. Au cœur de l’usine, j’ai découvert qu’une grande partie de ce qui était produit était finalement jeté. J’ai ainsi réalisé que le gaspillage dont j’étais témoin était généralisé à l’ensemble du secteur industriel, ce qui m’a profondément choquée.

J’ai alors commencé à m’intéresser au sujet, à consulter les chiffres et appris qu'une très grande partie de la production alimentaire mondiale finissait à la poubelle. Je me suis dit qu’il fallait absolument faire quelque chose. C'est ainsi que je me suis lancée en 2016, en Scandinavie, dans la création de l'entreprise à impact social « Too Good To Go » – qui se traduit en français par « encore trop bon et consommable pour être jeté » –, entourée d'autres cofondateurs issus de différents pays. Nous voulions amorcer un mouvement global, mettre en œuvre de petites actions, faciles à réaliser, qui contribueraient à un élan positif de la réduction de la crise climatique.

Comment s’est déroulée l’implantation de l’application en France ?

En juin 2016, j’ai regagné la France dans l’optique de déployer Too Good To Go. L’application repose sur un concept simple : elle met en contact des commerçants de bouche ayant des invendus avec des habitants du quartier, des citoyens qui vont récupérer ces invendus en fin de journée et leur éviter de finir à la poubelle. Les denrées invendues des commerçants sont proposées sur l'application, à petits prix, sous forme de paniers-surprise. Grâce au bouche à oreille, Too Good To Go a rapidement remporté un franc succès.

Actuellement, 8,5 millions de Français utilisent l’application et 16 000 commerçants sont référencés aux quatre coins de la France.

Nous avons commencé à travailler avec des commerçants de quartier, nous réfléchissons désormais à de nouveaux modèles pour travailler également avec la restauration collective et les industriels. Petit à petit, nous remontons la chaîne alimentaire pour maximiser nos actions en faveur de la lutte contre le gaspillage.
 

Too Good To Go, signataire du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire

En septembre 2020, l'Andes (Association nationale des épiceries solidaires) et Too Good To Go ont signé un partenariat pour sauver les produits invendus des industriels. Une partie de ces produits approvisionne les épiceries solidaires du réseau Andes, tandis qu’une autre partie est mise à disposition de tous, sous forme de paniers-surprise, via l'application Too Good To Go.