Forte attaque de la maladie des taches blanches sur érables
01/07/2016
© Landry Robin/CRPF
Les pluies de ce printemps 2016 ont engendré des attaques de Cristulariella depraedans, champignon responsable de la maladie des taches blanches sur les érables forestiers dans le Nord de la France.

En juillet 2016, de nombreux érables forestiers du Nord de la France ont montré les symptômes suivants : nombreuses taches blanchâtres rondes sur les feuilles correspondant à des nécroses puis un dessèchement total du feuillage. Ces symboles ont plus particulièrement touché les semis et les arbres de sous-étage.

Quelle est la cause ?

Ces symptômes sont dus à l’attaque d’un champignon dénommé communément « la maladie des taches blanches de l’érable » (Cristulariella depraedans). Il s’agit d’un problème bien connu, mais très rarement signalé jusqu'alors dans le Nord de la France. Ce pathogène est connu pour se développer lors de printemps pluvieux. L’importance de l’attaque est liée aux pluies qu’ont connues les régions septentrionales de la France ce printemps. Ce pathogène est foliaire. Il entraîne une chute du feuillage en été mais ne se transmet pas aux rameaux (contrairement à la chalarose sur frêne) et n’entraîne pas la mort des tissus lignifiés (pas de mortalité de rameau, ni d’arbre entier, y compris semis).

Quel est l’impact ?

La principale conséquence de la maladie des taches blanches est une chute prématurée des feuilles et donc une probable perte de croissance des arbres affectés.

Que faire ?

Il est probable que le retour à un climat normal soit de nature à voir cette maladie disparaître en 2017. Aucune méthode ne permet, en tout cas, en forêt de juguler le pathogène. Il est donc conseillé de ne pas prendre de décision de gestion contraire aux habitudes au vu de ces symptômes. Il est en particulier vivement déconseillé de déclencher des coupes spécifiques pour tenter de répondre à cette maladie.

La maladie des taches blanches sur érables (PDF, 814.29 Ko)