Bilan sanitaire des plantations de 2019, une mauvaise année en terme de taux de reprise
Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr

Le présent document porte sur l'observation phytosanitaire de 895 plantations de l'année représentant 43 essences différentes.

  • Sur la période 2007-2019, l'année 2019 est la deuxième année la moins «réussie» en terme de reprise de plantations (26,93% de plantations non réussies) derrière 2015 (27,33%).
  • Les chênes, pédonculé et sessile, l'épicéa commun et le douglas sont les essences qui ont le moins bien réussi. Le pin maritime et les peupliers (17 clones) présentent les meilleurs taux de réussite.
  • Plus de 90% de la mortalité des plants de l'année est d'origine abiotique, 5% est due à des animaux, 3% à des insectes et moins de 1% à des pathogènes.
  • Les dégâts d'origine abiotique les plus forts sont situés dans le nord-est (en dehors de l'Alsace et de la Franche-Comté)et dans le centre de la France. Le chêne sessile, le douglas et le pin sylvestre sont les essences qui présentent les plus fortstaux de mortalité abiotique; le pin taeda,  le robinier, le pin maritime et le cèdre, les plus faibles taux.
  • Si la sécheresse est un des principaux facteurs de mortalité abiotique des plantations de l'année 2019, il apparaît, et c'est notamment le cas du chêne sessile et des peupliers sur les plantations notées par le Département de la santé des forêts, que les facteurs anthropiques: qualité des plants (conformité, fraîcheur...) et de la mise en place (travaux préparatoires, plantation, maîtrise de la concurrence…),sont aussi des facteurs essentiels de réussite ou d'échec des plantations.

À télécharger

Voir aussi