Antibiorésistance : le Gouvernement lance un « programme prioritaire de recherche »
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Suite au plan d’action mondial pour combattre la résistance aux antibiotiques adopté par l’OMS en 2015 et suite à la publication en novembre 2016 de la feuille de route interministérielle pour la maîtrise de l’antibiorésistance en France, le Gouvernement par l’entremise du Secrétariat Général pour l’Investissement, met en place un Programme prioritaire de recherche (PPR) sur l’antibiorésistance doté de 40 M€ sur dix ans.

Ouvert jusqu'au 31 mars, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) est lancé pour financer à hauteur de 1 à 3 millions d’euros des projets de recherche ambitieux pour combattre les résistances aux antibiotiques dans les domaines de la santé humaine, de la santé animale et de l'environnement.

Sous la coordination de l'Inserm, les différents acteurs du monde scientifique ont dégagé des axes prioritaires de travail. Deux d'entre eux concernent particulièrement l'agriculture : « contrôler et maîtriser l'usage et la dissémination des antibiotiques » et « comprendre les paramètres anthropologiques, sociologiques et économiques qui concourent à un mésusage des antibiotiques ».

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, qui pilote le plan Écoantibio 2, se mobilise pour que les enjeux de lutte contre l'antibiorésistance en médecine vétérinaire soient autant que possible pris en compte dans ce programme prioritaire de recherche.

D'après les pouvoirs publics, chaque année en France, 125 000 infections à bactéries multi-résistantes induisent environ 5 500 décès par an.

Voir aussi Antibiorésistance : comprendre, innover, agir - Appel à manifestations d'intérêt – 2020 sur le site de l’Agence nationale de recherche.

Voir aussi