Agroforesterie : se former par le numérique et sur le terrain avec Icosystème
Icosystème

Les nouvelles technologies facilitent la diffusion, l’accès à de nouvelles connaissances et la formation des exploitants. Illustration avec Icosytème, une start-up membre de La Ferme Digitale, qui a mis en place des modules dédiés.

Lancé en 2017 par l’agronome Matthieu Archambeaud et la Scop Agroof, un pionnier de l’agroforesterie depuis vingt ans, Icosystème propose des formations mixtes digitales, c’est-à-dire mêlant des cours en ligne et en présentiel. Les modules dédiés à l’agroforesterie et à la conservation des sols sont destinés aussi bien aux étudiants qu’aux professionnels du monde agricole.

Construire son projet en maraîchage ou gérer ses grandes cultures, étudier les sols et l’agronomie, la plate-forme compte sur l’ingénierie pédagogique et l’expérience de ses formateurs (5 permanents) pour offrir un contenu pointu et de qualité. « Notre rôle consiste à expliquer ("comment faire") et non pas à imposer ("il faut faire"). Nous laissons libres les agriculteurs d'appliquer ou essayer les techniques sur leur exploitation par la suite. Nous ne sommes pas des gourous de l’agroécologie ! », souligne avec une pointe d’humour Arnaud Richard, associé chez Icosystème.

Les cours en e-learning durent entre 7h et 20h en fonction des thématiques. Ils comprennent des vidéos, diaporamas, textes et quiz afin de permettre au formateur de mieux connaître le stagiaire. Ce dernier dispose de 1 ou 2 mois pour suivre le programme, à son rythme, avant de retrouver d’autres stagiaires sur le terrain. Le travail, sur 1 ou 2 jours, se trouve facilité lorsque tous possèdent les connaissances pré-requises grâce à cet apprentissage en deux temps.

Ne pas arriver en néophyte sur le terrain

Guillaume Fautrière et son épouse ont repris la ferme des sentiers gourmands à Larajasse (Rhône-Alpes) depuis 5 ans. Pour limiter l’impact de la sécheresse sur leurs cultures et animaux, ils se sont tournés vers l’agroforesterie. Le couple a ainsi choisi une formation d’Icosystème en début d’année. « Nous n’y connaissions rien du tout, avoue Guillaume Fautrière. Nous avons suivi 20h de cours en e-learning pour comprendre ce qu’est l’agroforesterie et son système, puis avons participé à 2 jours sur le terrain. Cette méthode permet d’éviter d’arriver en néophyte sur le terrain ». Grâce à la rencontre d’autres stagiaires, il a pu découvrir une diversité de projets et aborder la spécificité climatique. Aujourd’hui, le couple finalise son projet d’installation de haies pour ses 25 hectares de terrain.

Autre exemple, celui de Vincent Chabroud. Ce céréalier à Toussieu (Rhône-Alpes), adepte de la conservation des sols depuis près de dix ans, a souhaité approfondir ses connaissances. « La formation dédiée m’a donné des bases pour mon futur système, dans l’optique d’une conversion au bio. J’y ai trouvé aussi des rappels pointus sur l’agronomie », témoigne l’agriculteur. 

Le 4e congrès mondial d’agroforesterie se tient du 20 au 22 mai 2019

Il est organisé par le Cirad et l'Inra en partenariat avec World Agroforestry (ICRAF), Agropolis International et Montpellier Université d’Excellence.

Voir aussi