SIA 2020 : le TNLA a commencé
Sandrine Herpe
Chaque année, une épreuve très populaire  se déroule au Salon international de l’agriculture : le Trophée national des lycées agricoles (TNLA). Pour la première fois, une vache Froment du Léon défilera sur le ring, accompagnée d’Alan, Yoan, Nicolas et Gurvan, étudiants au lycée Kernilien-Guingamp (Côtes d'Armor). Un concours qui requiert de la concentration et des heures d’entraînement pour une parfaite maîtrise de l’animal.

« Ce qui nous a motivé, c’est avant tout l’aventure unique que ça représente, l’occasion de créer plus de liens entre nous quatre », raconte Alan. « On est passionné de concours. On pourra échanger avec des jeunes de toute la France, représenter notre lycée et la Bretagne », poursuit Yoan.

Âgés de 20 ans, les quatre étudiants sont en 2e année BTSA productions animales et souhaitent tous évoluer dans le secteur bovin.

« On planifie  6 à 7 entraînements par semaine, même le week-end. » L’équipe habitue sa vache à défiler au licol, dans les conditions les plus proches du ring du Salon : « on la fait marcher dans le centre équestre du lycée, où elle découvre d’autres animaux, des personnes. » Et pour imiter le bruit du Hall de la Porte de Versailles, la promenade s’effectue avec une radio.

Un concours, quatre épreuves

La finale du TNLA aura lieu le dimanche 1er mars. « Plus on s’en rapproche, plus on a de stress. Il reste des détails à travailler. » Un entraînement qui se déroule toujours dans le respect de l’animal : « on suit un protocole pour assurer notre sécurité et celle de l'animal. Comme c’est une race rustique, elle a des cornes très pointues. » Et en fin d’épreuve, Olwenn reçoit quelques granules en récompense.

Communication, manipulation, présentation de l’animal, animation du stand… « La préparation à ce concours commence dès le début de l’année scolaire », poursuit Brigitte Guéguen, professeure d’éducation socio-culturelle au lycée Kernilien. « C’est beaucoup de travail, mais ils sont tous les quatre motivés ». L’équipe doit aussi assurer l’intendance, l’hébergement et trouver des sponsors pour le déplacement jusqu’à Paris.

La Froment du Léon à l’honneur

Reconnaissable à sa robe froment, la Froment du Léon est une race à faible effectif originaire d’Armorique. « C’est une race très docile, rustique, qui s’adapte au plein air et qui produit un lait de très bonne qualité », précise Alan. Son lait est utilisé pour le beurre bouton d’or, de couleur presque orangée.

Olwenn, une génisse gestante de 20 mois, est la première Froment du Léon à participer au TNLA.
« On est allé l’acheter en début d’année avec nos professeurs. Son éleveur l’avait déjà habituée à la présence humaine, la transition s’est très bien déroulée », explique Nicolas.

Des conditions réunies pour remporter le TNLA… En 2018, le lycée Kernilien-Guingamp avait terminé sur la 2e marche du podium.

Qu'est-ce que le TNLA ?

Ce concours valorise le travail réalisé par les élèves au sein de leurs établissements. Il comprend 4 épreuves :

  • communication (création d’une affiche sur le thème du salon, création et animation d’un compte Instagram, animation et décoration de la stalle) ;
  • manipulation d’un bovin en toute sécurité ;
  • présentation d’un animal ;
  • implication des jeunes sur le salon.

La première épreuve se prépare dans le cadre de l’établissement. Les trois suivantes se déroulent lors du Salon international de l’agriculture. Le TNLA est organisé par le Concours général agricole avec le soutien de la Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.


Plus d'informations sur le lycée Kernilien-Guingamp et le Trophée national des lycées agricoles.