Pêche, aquaculture et environnement - Analyse n°161
Pascal Xicluna/agriculture.gouv.fr

La pêche exploite une ressource naturelle d'origine sauvage et jusqu'aux années 1970-80, l'abondance des prises a favorisé son industrialisation, aboutissant à la fragilisation de certains stocks (hareng, morue, etc.). En parallèle, le développement de l'aquaculture a contribué à répondre à la demande croissante, sans pour autant réduire la pression sur les stocks maritimes. Cette note décrit les principales externalités négatives de la pêche et de l'aquaculture sur l'environnement, et présente certaines solutions pour y remédier.

À télécharger

Pêche, aquaculture et environnement - Analyse n°161 (PDF, 6.13 Mo)

Les notes d’Analyse présentent en quatre pages l’essentiel des réflexions sur un sujet d’actualité relevant des champs d’intervention du ministère de l’Agriculture et de l'Alimentation. Selon les numéros, elles privilégient une approche prospective, stratégique ou évaluative.