Allumage de la flamme olympique
Droits réservés / Paris 2024 / Costas Baltas / SIPA PRESS

23 mai 2024 Info +

Paris 2024 : le témoignage des « éclaireurs » du ministère de l’Agriculture

En Corse, dans l’Aude, en Mayenne et dans le Bas-Rhin, des agents du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire ont porté la flamme olympique sur son chemin jusqu’à Paris. Ils ne cachent pas leur fierté d'avoir participé à cet évènement rare et de faire vivre les valeurs du sport et de l’olympisme.

10 000 éclaireurs doivent emmener la flamme depuis Marseille, où elle a rejoint le sol français, jusqu’à Paris, pour l’ouverture des Jeux Olympiques et Paralympiques. Des porteurs de flamme à l'image de la diversité de la société française : femmes et hommes, personnalités publiques et figures locales, athlètes professionnels ou sportifs amateurs, personnes en situation de handicap…

Parmi eux, on trouve quatre agents du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. Choisis à la fois pour leurs qualités professionnelles et pour leur engagement sportif, ils ont eu la mission de porter la flamme sur 200 mètres, prenant part à ce « relais des éclaireurs » qui doit mener jusqu'à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques à Paris, le 26 juillet prochain.

Patrick Jany, gestionnaire calamités agricoles
(DDTM de l’Aude)

« Le choix de devenir porteur de flamme pour les Jeux de Paris 2024 s'est fait par l'intermédiaire de mon directeur, sollicité par le préfet de l'Aude. Mon implication dans la course à pied et au ski-club audois, en tant que moniteur fédéral, a contribué à cette sélection. C'est un immense honneur pour moi, bien que je réalise encore difficilement l'ampleur de l'événement.

En tant qu'amoureux de tous les sports, je suivrai évidemment les Jeux… dans la mesure où mon emploi du temps me le permet ! C'est un événement incomparable, d'autant plus qu'il se déroule en France, et que l’olympisme véhicule des valeurs de paix, de rapprochement entre les peuples, qui sont primordiales dans les temps que nous vivons. »

Chantal Marzin, technicienne eau et biodiversité
(DDT de Corse-du-Sud)

« C’est le préfet qui m’a proposée pour être porteuse de la flamme de Paris 2024. Je suis passionnée de plongée en apnée et très engagée dans le développement de ce sport en Corse, et plus largement en France. J'ai été impliquée dans l'organisation de nombreuses compétitions, tant en bassin qu'en milieu naturel (lac et mer), et je suis aujourd’hui coach d’un apnéiste français de haut niveau, Abdelatif Alouach, quintuple champion du monde et détenteur de deux records du monde.

Le jour où j'ai appris que j'avais été choisie, je sortais du musée des Jeux d'hiver à Chamonix, avec mes enfants et de très bons amis. Pouvoir partager cette nouvelle avec eux, dans cet endroit, et les embarquer dans cette aventure, c'était déjà une émotion forte ! Être choisie comme porteuse de la flamme est un honneur pour moi.

Le sport porte des valeurs universelles comme l'amitié, le partage, le respect et l'excellence. Les Jeux Olympiques rassemblent des gens de tous les horizons. Tout le monde y est représenté, ça ne concerne pas que les athlètes de haut niveau, ce sont aussi les organisateurs, les capitaines d'équipes, les familles, les accompagnants, le public. C'est une occasion de donner le meilleur de soi-même, de rencontrer des gens du monde entier et de partager des expériences. Pour moi, la flamme symbolise des valeurs saines, durables, collectives, et par ce relais que nous formons, la transmission de ces valeurs aux générations futures. »

Chantal Marzin
Chantal Marzin en compétition d'apnée - Maxime Souverain

Nathalie Masse-Provin, directrice
(SGCD du Bas-Rhin)

« Le sport occupe une place importante dans ma vie : j’ai commencé jeune avec la danse classique, la natation, la gymnastique… J’ai fait jusqu’à douze heures de sport par semaine. J’ai même hésité, à l’époque de mes études, entre le métier de vétérinaire et celui de professeur de sport ! Aujourd’hui, je pratique le triathlon et j’adapte ma pratique à mes horaires de travail. Malgré les blessures, j’ai toujours pratiqué une activité sportive : c’est un besoin vital.

Je suis très fière d'avoir porté la flamme dans une ville, Strasbourg, où j’ai fait une bonne partie de ma carrière. Être éclaireur, c’est une opportunité unique de lancer les festivités, et de gommer les différences : on porte aussi la diversité, le sens du collectif et de l’engagement, la performance et le fair-play.

En portant la flamme j’ai l’impression, à mon échelle, d’entrer un peu dans l’histoire des Jeux. Pour moi, les valeurs du sport sont aussi celles du service public, qui est un engagement collectif, où chacun peut aider les autres à se dépasser. »

Bertrand Coupé, inspecteur des installations classées
(DDETSPP de Mayenne)

« Je suis passionné de sport depuis toujours, en particulier de football que j'ai pratiqué jusqu'à l'âge de 60 ans. Durant 27 ans, je me suis engagé comme bénévole dans la promotion du football en milieu rural. J’ai contribué à la création du Football Club de la Charnie, dont j'ai été secrétaire et président, et j’ai récemment mis en place des activités sportives pour des jeunes migrants lors de leur passage en Mayenne, c’était une expérience très gratifiante. D’une façon générale, ma femme et moi avons toujours été engagés dans le milieu associatif.

Ma sélection comme porteur de la flamme pour Paris 2024 a été une agréable surprise… et une grande fierté. Participer à un événement international comme les Jeux Olympiques et Paralympiques, qui rassemblent le monde entier dans un esprit de fraternité, est une chance exceptionnelle, unique dans une vie. »