Crédit ci-après
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

15 avril 2019 Info +

L'écorce, les billes de bois, les copeaux... Avec l'arbre, il n'y a pas de déchet

Chez Archimbaud, groupe spécialisé dans le sciage de résineux destiné à la fabrication de palettes, on ne parle jamais de « déchet ». Tout au long du processus de production, l'entreprise valorise au maximum la ressource bois : planches, bien sûr, mais aussi écorces, branchages, copeaux et sciures. Un modèle d'économie circulaire et locale qui apporte une réponse aux enjeux actuels de la filière forêt-bois. Reportage sur l'un des sites du groupe, au cœur de la forêt des Landes de Gascogne.

À Labouheyre, dans le bruit des machines, le site de production transforme chaque année près de 200 000 m³ de bois, majoritairement du pin maritime en provenance du massif landais voisin, plus grande forêt d'Europe occidentale. Son cœur de métier : le sciage de planches pour l'assemblage de palettes. Le groupe Archimbaud est d'ailleurs l'un des leaders français du secteur avec 2 500 000 palettes qui sortent chaque année de ses quatre sites dédiés : Secondigné-sur-Belle (Deux-Sèvres), Secondigny (Deux-Sèvres) et Saverdun (Ariège) et Labouheyre (Landes).
La valorisation du bois va cependant bien au-delà des seules palettes... Comme le rappelle Jean-Pascal Archimbaud, président du groupe éponyme : « Sur 1 m³ de bois qui entre, vous obtenez 50% de planches à palettes et 50% de produits connexes. Et bien, cette moitié-là, on la valorise aussi ! ». Et cela commence dès l'arrivée sur le site de la « grume » (tronc d'arbre coupé recouvert de son écorce).

Des produits connexes valorisés à chaque étape

Pour obtenir des planches à palettes de qualité, il faut d'abord de belles billes de bois, bien régulières. C'est l'étape de l'écorçage qui va permettre cela. Les écorces, qui représentent tout de même 10% du volume total, sont triées par taille et vendues aux jardineries pour en faire du paillage, du terreau ou des éléments de décoration. C'est la première valorisation. Le bois est ensuite envoyé au sciage.
« Les équipements, perfectionnés au fil du temps par notre savoir-faire maison, transforment les billes de façon optimale en planches à palettes », explique Joël Dehez, responsable de production pour les parties sciage et fabrication de palettes. C'est la deuxième valorisation. Elles iront alimenter les lignes de production de palettes automatisées. « Il n'y a aucun déchet, même les planches avec défaut sont retraitées. »
Quant aux produits connexes du sciage, comme les copeaux ou les sciures, ils sont broyés puis comprimés en « pellets », granulés de bois destinés au chauffage. « Nous en produisons 500 tonnes par jour », précise Marie-Eve Afonso Delpuch, responsable de production de l'unité de granulation. C'est la troisième valorisation.

Produire de l'énergie à partir des ultimes résidus

Mais que faire des ultimes résidus de la production de la scierie ? Le groupe Archimbaud a trouvé la solution : depuis 2014, une centrale de cogénération à biomasse brûle tout ce qui reste pour produire de l'électricité à destination du réseau EDF et alimenter en chaleur les tapis sécheurs de l'unité de granulation. Une quatrième valorisation ingénieuse qui, d'une certaine manière, boucle la boucle...
« Nous brûlons entre 120 et 150 tonnes de biomasse par jour », explique Bruno Clemens, responsable de l'unité de cogénération. « Cette biomasse est issue à 50% des produits résiduels de la scierie et à 50% des sous-produits de l'exploitation forestière voisine. » La centrale, d'une puissance de 15 MW, valorise plus de 80% de l'énergie contenue dans les résidus. « À la fin, il ne reste que de la cendre. On est aussi en train d'étudier comment la valoriser. »

Le groupe Archimbaud en chiffres

  • 8 sites de production en France et 2 à l'étranger ;
  • 1 centrale de cogénération à biomasse ;
  • Près de 300 collaborateurs ;
  • 200 000 m³ de planches produites par an ;
  • 5 millions de palettes assemblées par an ;
  • 200 000 tonnes de granulés.

 

Galerie d'images

Crédit ci-après
Le site de Labouheyre transforme 200 000 m3 de bois par an. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
La première étape consiste en l'écorçage des troncs. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Les écorces sont triées par taille et vendues aux jardineries. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Les billes de bois sont ensuite envoyées au sciage. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Joël Dehez, responsable de production pour les parties sciage et fabrication de palettes. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
La plupart des pièces sont conçues et usinées en interne par le "savoir-faire maison". - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
La moitié du bois entrant est transformée en planches à palettes. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Ici, rien ne se perd : toutes les planches avec défaut sont retraitées. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
La sciure est récupérée pour être valorisée en granulés de bois destinés au chauffage. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Marie-Eve Afonso Delpuch, responsable de production de l'unité de granulation. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Le site de Labouheyre produit 500 tonnes de granulés de bois par jour. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Mais comment valoriser les ultimes résidus de la production de la scierie ? - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
En les brûlant dans une centrale à biomasse pour produire électricité et chaleur ! - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Bruno Clemens, responsable de l'unité de cogénération à biomasse. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Les lignes d'assemblage de palettes sont de plus en plus automatisées. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
L'assemblage de palettes est le cœur de métier du groupe Archimbaud. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
2 500 000 palettes sortent chaque année de ses 4 sites dédiés. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Crédit ci-après
Tout au long du processus de production, la ressource bois est valorisée au maximum. - Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Voir aussi