Bière de tradition, bière de passion
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

À Bouchemaine, petite ville en bordure d’Angers, dans le Maine-et-Loire, Jean-Baptiste Leclercq brasse ses bières traditionnelles depuis 2013. Issues de l’agriculture biologique, elles portent l’étiquette de la Brasserie « Belle de Maine ». Un bel exemple de l’explosion du nombre de micro brasseries en France ces dernières années.

Tout a commencé dans sa cuisine. Cela faisait plusieurs années que Jean-Baptiste Leclercq brassait de petites quantités de bière maison pour sa consommation personnelle et le plus grand plaisir de ses proches. Arrivé à Angers en 2010, le plaisir de produire est devenu encore plus important. Après 10 ans de travail dans différents organismes agricoles : fédérations de CUMA, SAFER, coopératives et Chambres d’agriculture, il décide de vivre de sa passion, la bière.

Ayant passé son enfance dans la ferme bio de ses parents, c’est naturellement que Jean-Baptiste Leclercq a choisi de produire des bières certifiées Agriculture biologique. Une démarche globale et durable qui l’a également amené à se fournir exclusivement en matières premières françaises : houblon bio d’Alsace, malts français.

Circuits de proximité

Ses blondes, blanches, ambrées, triples et autres spéciales se trouvent dans les commerces spécialisés angevins. Caves, magasins bios et AMAP s’approvisionnent chez lui. Il est également possible de déguster et d'acheter sa bière sur l'exploitation.

Depuis 2017, Jean-Baptiste Leclercq, ancien ingénieur agronome de 45 ans, est à temps complet. « Mon activité est rémunératrice malgré mon volume de production assez resteint, qui s'élève à 300 hectolitres par an. » Le succès des microbrasseries ne faiblit pas.  « Leur nombre a beaucoup progressé depuis quelques années, tout le monde trouve sa place sur ce marché. La filère brassicole continue à se développer avec l'installation de houblonniers qui relocalisent la production, créent des emplois locaux. »

Malgré la crise du Covid-19, la brasserie perdure. « Cette crise a eu un impact important sur les petites structures mais la vente en circuit de proximité a permis de réduire les risques. »

Le saviez-vous ?

La plupart des micro brasseries obtiennent les bulles dans leurs bières grâce à une ultime fermentation en bouteille. Un peu de sucre est ajouté au liquide, ce qui remet les levures encore présentes en activité et crée le gaz carbonique, naturellement mis sous pression par la fermeture de la bouteille.


Plus d'informations sur la Brasserie « Belle de Maine ».

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.