« Avec mon groupe Écophyto, je teste des alternatives au glyphosate »
Éric Donval / Polyculteur-éleveur
Pour éviter la prolifération des plantes indésirables pour les cultures, Éric Donval, éleveur de porcs et producteur de céréales en Bretagne sur 110 hectares, expérimente la technique du couvert végétal avec d’autres agriculteurs dans le cadre d’un « groupe 30 000 ».

En automne, juste après les moissons, les champs vides laissent la place au développement de nombreuses plantes indésirables, qu’il faudra enlever dans de nombreux cas avec du glyphosate, pour semer la culture suivante. Pour éviter la pousse de ces plantes, et donc ne pas avoir besoin de glyphosate, une quinzaine d’éleveurs du Finistère, testent de nouvelles techniques dans le cadre d’un « groupe 30 000 » du plan Ecophyto II. Un de ces membres, Éric Donval, dédie 5 hectares de son exploitation à l’expérimentation de couverts végétaux, entre la récolte du blé en juillet et l’implantation de l’orge en octobre.

Crédit ci-après

Du trèfle, une « chance » pour l’agriculteur ?

Sur cette parcelle d’expérimentation, Éric Donval teste le trèfle pour empêcher les plantes invasives de se développer. « J'ai été surpris par la rapidité de couverture du trèfle d’Alexandrie qui étouffe les mauvaises herbes. De plus, pour enlever le trèfle afin de pouvoir semer l’orge, il suffit de le broyer et de l’incorporer dans la terre à l’aide d’un outil mécanique. Avec le trèfle, je n’utilise plus de glyphosate sur cette parcelle d’essais pour désherber », détaille Éric Donval.

« Saviez-vous que la moutarde est un fongicide naturel ? »

De la moutarde, du radis, de l’avoine, l’éleveur précise que d’autres couverts végétaux de différentes espèces végétales sont testés dans le cadre du groupe. « S’occuper des animaux au quotidien est chronophage. L’initiative « groupe 30 000 », de par son soutien financier et technique (semences, outils, ouvriers agricoles), permet de dégager du temps pour apprendre de nouvelles techniques », argumente l'éleveur.

Comme cultiver de la moutarde entre deux cultures afin d’éviter la prolifération de certains champignons dans le sol. « Lorsqu’elle est enfouie dans le sol, la moutarde peut assainir la terre du piétin, un champignon qui fait pourrir les racines », explique Éric Donval. La plante est dotée d’une substance dénommée glucosinolate qui a les mêmes propriétés qu’un fongicide chimique.

Les « Groupes 30 000 » ?

Dans le cadre du plan Écophyto II, les agriculteurs peuvent constituer un « groupe 30 000 » pour développer en petit comité, des techniques agroécologiques, afin de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires.

Au cours de l'année, différentes journées techniques sont organisées sur les exploitations pilotes pour présenter à un public plus large (agriculteurs de la région, techniciens, curieux), les résultats des expérimentations.