Amélie Azam, « L’élevage, c’est avant tout une histoire de terroir »
Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr
Installés dans la Creuse depuis dix ans, Amélie Azam et Pierre-Alexandre Bec produisent des « veaux élevés sous la mère », dans le respect d’un mode d’élevage traditionnel et artisanal. La richesse des terres qu’ils exploitent assure l’autonomie alimentaire du troupeau et garantit la qualité de la viande.

Une ambition : faire les choses bien

Tous deux issus du monde agricole, Amélie Azam et son associé se sont rencontrés pendant leurs études. Animés par la même vocation, ils partagent une vision commune : « pour nous, l’élevage a toujours été une finalité et quitte à faire les choses, autant les faire comme il faut ». 
Leur ambition prend forme en 2011 à travers un vaste territoire : la Creuse et les 126 hectares qu’ils commencent par louer dans un premier temps. Dix ans plus tard, ce sont 100 hectares supplémentaires qui constituent le GAEC du Veau d’Or.
Sur leur exploitation composée en majorité de prairies où paissent 115 Limousines, ils élèvent des veaux sous la mère Label rouge. Leur alimentation provient exclusivement du lait des mères et des « tatas », surnom donné par Amélie Azam aux 25 Montbéliardes qui complètent le troupeau.

Une production ancrée sur le territoire

« Le Limousin c’est un territoire spécifique pour cette production ». En effet, la richesse des prairies et la variété de la flore se répercutent sur les propriétés du lait puisque les vaches se nourrissent exclusivement d’herbe pâturée ou de fourrages naturels issus de l’exploitation.
Les veaux bénéficient ainsi d’une alimentation aux qualités nutritives optimales, favorisant une croissance rapide, et qui confère à la viande des arômes de noisettes. « Cette production-là, on peut la faire ailleurs bien-sûr, mais la qualité des veaux que nous élevons, on ne peut la trouver qu’ici. C’est lié à la qualité du sous-sol, à l'herbe que mangent les vaches et au lait qu’elles produisent. »

Amélie Azam se réjouit d’appartenir à une filière dynamique qui a su faire face à la crise sanitaire. Sa production commercialisée en majorité en circuit court – un seul intermédiaire sépare son exploitation de la boucherie – est très prisée des consommateurs.
 

En savoir plus sur le Veau du Limousin élevé sous la mère certifié « Label rouge »

En fonction des régions et des traditions d’élevages, différentes démarches Label Rouge sont proposées. Toutes apportent les garanties du Label Rouge en termes de qualité des produits, de respect des animaux et de l’environnement.

Les Veaux du Limousin bénéficient des qualités exceptionnelles de la race. Ils tétent aux pis de leur mère deux fois par jour ou reçoivent du lait frais entier produit sur la ferme. Le lait maternel doit représenter au minimum 85% de l’alimentation du veau qui peut être complétée, de façon limitée et dans les conditions strictement définies, par un aliment complémentaire d'allaitement référencé et contrôlé.

Tout est fait pour garantir leur bien-être : élevage sur paille, en case collective, dans des bâtiments conçus pour recevoir la lumière naturelle. Les éleveurs sont au quotidien auprès de leurs animaux pour s'assurer qu’ils vont bien leur apporter ce dont ils ont besoin. Il faut beaucoup de temps, de patience et de savoir-faire pour produire un Veau Label Rouge du Limousin élevé sous la mère.

 

Voir aussi