Service national universel : « Dans la vie, il faut saisir toutes les opportunités ! »
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

Depuis le 17 juin 2019, 2 000 volontaires âgés de 15 à 16 ans expérimentent le Service national universel (SNU) dans 13 départements pilotes. Angélique, élève du lycée agricole François Pétrarque d'Avignon (Vaucluse), est l'une d'entre eux. Cette jeune femme passionnée d'équitation est aussi l'une des 13 ambassadeurs nationaux de ce nouveau dispositif. Nous l'avions rencontrée quelques jours avant le départ pour son SNU dans le Val-d'Oise...

Pourquoi avoir choisi d'être volontaire pour le SNU ?

Dès la première réunion d'information, j'ai su que j'allais m'inscrire. Tout ce qui était proposé m'intéressait : rencontrer d'autres personnes, apprendre de nouvelles choses comme les gestes de premiers secours ou des techniques d'auto-défense, faire du bénévolat... J'y voyais aussi l'opportunité de vivre une expérience qui me donnerait des valeurs utiles pour plus tard. J'étais vraiment super enthousiaste ! C'est dans un second temps que l'on m'a proposé d'être ambassadrice.

Et vous avez tout de suite accepté ?

Oui, bien sûr, c'est une fierté de représenter mon département. Depuis toute petite, je suis quelqu'un qui aime s'engager, dans des causes diverses ou en tant que bénévole dans des associations. Être ambassadrice, c'était une opportunité de plus à saisir ! Et puis j'ai toujours voulu faire le Service militaire... Le SNU, c'est très différent, mais il y a quand même cette idée d'engagement.

En avril, vous avez participé à un « parcours républicain », à Paris, avec les autres ambassadeurs...

Oui, et c'était une expérience incroyable ! L'accueil par le ministre de l'Éducation nationale, la rencontre avec la Garde républicaine, la visite de l’Assemblée nationale et du Sénat... On a partagé des moments forts tous ensemble alors que personne ne se connaissait. À la fin de l'aventure, on était tous soudés ; on a créé un groupe Snapchat pour rester en contact. Ces 4 jours m'ont fait grandir.

Être ambassadrice, en quoi cela consiste-t-il ?

Ces derniers temps, j'ai été beaucoup sollicitée par les médias pour des interviews, mais aussi sur les réseaux sociaux par des jeunes qui se posent des questions sur le SNU. Mon rôle est de les rassurer et de les mettre en contact avec l'ambassadeur du territoire où ils vont aller. Je me suis aussi fixée ma propre mission : faire remonter ce que les jeunes ont aimé ou pas pendant ces deux semaines.

Quels sont vos projets pour plus tard ?

À la rentrée, je serai en première STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant). J'aimerais devenir soigneur animalier… ou bien travailler dans le cinéma ! Je ne sais pas encore... Ce qui est sûr, c'est que je me sens bien dans ce lycée. Je l'ai choisi parce qu'il avait tout ce que je souhaitais : l'option équitation, l'internat, le lien avec la nature et une ambiance quasi familiale. C'est un « petit » lycée avec seulement 300 élèves ; et ça, ça change tout !

En savoir plus sur le Service national universel