Le miel des ruchers des Oliviers
Caroline Ruffault/CGA
C'est en 1985 que Catherine et Marc Lavoriero se sont installés à Sospel, près de Menton. Depuis 2001, ils participent avec succès au Concours général agricole : ils ont obtenu 5 médailles et 3 Prix d’Excellence. Découverte de ces transhumants-récoltants.

En septembre, Catherine et Marc installent leurs ruches dans la Vallée de Blausac, où elles passent l'hiver jusqu’en avril, avec la fin du romarin et la première miellée de l’année. Puis, les ruches sont placées à Sospel où la miellée dure jusqu’à fin juin. Elles sont alors amenées sur le plateau de Valensol, pour la lavande.

Les circuits de transhumance évoluent en fonction des aléas climatiques. Partie fastidieuse de l’apiculture, car nocturnes, les transhumances rythment leur vie depuis plus de quarante ans.

Un miel de forêts aux arômes délicats

L'un des produits les plus emblématiques des Ruchers des Oliviers, c'est le miel de Sospel. Un miel de forêt, d’une belle consistance liquide, au goût incomparable. La grande variété de la végétation environnante lui donne son caractère unique : le sumac lui apporte un fruité caractéristique, l’érable sa douceur, la châtaignier son goût légèrement corsé, le miellat de juillet sa couleur foncée, sans oublier les parfums de l’aubépine, de l’acacia, des fruitiers sauvages…

Secrets de fabrication

Marc et Catherine commencent par enlever l’opercule de cire posée par les abeilles. Ils passent ensuite les cadres dans l’extracteur, puis dans la centrifugeuse pour finir d’en extraire la totalité du miel. Chaque cadre peut contenir jusqu’à 2 kg. Le miel est ensuite tamisé et décanté au moins une semaine dans un maturateur. Grâce à l’importante densité du miel, les corps étrangers remontent à la surface... Reste alors à soutirer le miel, parfaitement débarrassé de ses impuretés résiduelles.

Les pots de miel doivent se conserver dans un endroit frais et sec, à l’abri de la lumière. Ouverts, ils se conservent au placard. Il ne faut surtout pas les placer au réfrigérateur : le froid figerait le miel et éteindrait ses arômes.

Extrait du MOOK 2020, « à la rencontre des meilleurs producteurs », Floriane Ravard et Quai des Orfèvres

Plus d'informations sur les Ruchers des Oliviers