La Brigade d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires ordonne le rappel et la destruction de 50 tonnes de produits phytosanitaires « non conformes »
07/05/2020
agriculture.gouv.fr
La Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP), le service de la Direction générale de l’alimentation (DGAL) chargé de la lutte contre la délinquance organisée en matière sanitaire, vient de mettre à jour la présence de deux produits phytosanitaires « non conformes » sur le marché français. Importés de Chine via la Belgique, ces deux produits étaient destinés aux producteurs de maïs et de fruits et légumes. La destruction de 50 tonnes de produits a été ordonnée.

Suite à un signalement des autorités sanitaires belges, les enquêtes administratives diligentées par la Brigade nationale d’enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP) ont permis de détecter des non conformités dans la composition de deux produits phytopharmaceutiques destinés aux professionnels : un herbicide à base de bentazone et un fongicide à base de captane.

L’analyse des produits a révélé la présence d’impuretés toxiques dans les substances actives, à un niveau supérieur aux seuils réglementaires autorisés. Les substances utilisées proviennent de Chine et ont été importées en Europe via le port d’Anvers (Belgique). L’exposition aux deux produits concernés étant potentiellement dangereuse pour les utilisateurs (les agriculteurs) et pour l’environnement, les pouvoirs publics ont ordonné le rappel des lots commercialisés à l’échelle nationale le 25 février pour les produits à base de captane, et le 27 mars 2020 pour la bentazone.
Les analyses ont révélé l’absence de danger pour le consommateur en ce qui concerne les produits végétaux traités destinés à la consommation.
 
La destruction des 50 tonnes de produits s’effectuera dans des centres agréés pour le traitement des déchets chimiques en France. L’opération de rappel/retrait a été lancée en étroite collaboration avec les autorités sanitaires belges à l’origine de la découverte des importations frauduleuses et de la saisie en Belgique de près de 800 tonnes de produits non conformes.

Malgré les difficultés liées à la crise Covid-19, les services de contrôle de l’État restent mobilisés pour garantir aux consommateurs une alimentation sûre et de qualité.