« Je veux travailler au contact des populations rurales »
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Griselda Marginier, élève au lycée agricole de Montauban, se destine aux métiers du soin, de l’accompagnement et du service à la personne. Elle a choisi l’enseignement agricole pour évoluer professionnellement en zone rurale. Interview.

« J’aime le contact avec la nature et le milieu rural offre une diversité d’opportunités de métiers dans le secteur du médico-social », explique Griselda Marginier, 18 ans, en terminale bac pro Services aux personnes et aux territoires (SAPAT).

Pourquoi as-tu choisi l’enseignement agricole ?

Le lycée agricole offre une vision des métiers en milieu rural. Le bac pro SAPAT est ponctué de stages de 4 semaines qui nous plongent dans le monde professionnel. On y découvre des métiers très ancrés et variés dans les territoires ruraux. En Tarn-et-Garonne, j’ai travaillé en office du tourisme pour promouvoir le dynamisme de ce département. J’ai également travaillé dans une maison de retraite locale.

S’investir dans la vie du lycée, un premier pas vers l’avenir ?

Le lycée est propice à la vie associative. L’internat et les adultes présents en formation créent un cadre familial qui incite les élèves à s’impliquer, par exemple à l'occasion des portes ouvertes de l’établissement. En tant que déléguée nationale de l’enseignement agricole, je participe à des évènements, comme cette année le Salon international de l’agriculture, où j’ai présenté l’offre de formations dans le camion de l’Aventure du vivant.

Et après le bac ?

Je souhaite poursuivre mes études avec un BTS Développement animation des territoires ruraux (DATR), à Auch. Dans la continuité de l’enseignement agricole, j’aimerais accompagner les futurs élèves dans leurs voies en tant que conseillère d’orientation. Informer sur les filières et les réformes de l’éducation pour les orienter au mieux.