Infographie - La sécurité sanitaire des aliments

La sécurité sanitaire des aliments

En France, le système de sécurité sanitaire est l’un des plus performants au monde.

  • plus de 500 000 exploitations agricoles à contrôler ;
  • plus de 400 000 établissements de formation, distribution et de restauration à contrôler ;
  • plus de 4 000 inspecteurs dans les services déconcentrés ;
  • 14 000 vétérinaires sanitaires habilités par l'État ;
  • coût total de l'inspection sanitaire : 335 millions d'euros par an.

Où s'effectuent les contrôles ?

  • à la production : chez les agriculteurs, les pêcheurs, les éleveurs ;
  • à la transformation : coopératives, industries laitières, abattoirs, industries de produits à base de viande ou de la pêche, aliments pour animaux ;
  • à la distribution : transport, entreposage, restauration collective ou commerciale, commerces ;
  • aux frontières : sur les animaux, les végétaux et denrées, importés ou exportés.

Tout au long de l'année, tous les maillons de la chaîne alimentaire sont surveillés :

  • 57 500 inspections d’établissements pour vérifier la sécurité sanitaire des aliments ;
  • 32 000 contrôles dans les élevages ;
  • 7 500 inspections concernant l’usage des produits phytosanitaires dans les exploitations agricoles ou à la distribution.

Que contrôle-t-on ?

  • la mise en place effective des mesures appropriées pour assurer la qualité sanitaire des produits Le bon respect des conditions d’hygiène dans les établissements (propreté des animaux, respect de la chaîne du froid…) ;
  • la présence de contaminants - substances interdites et anabolisantes, médicaments vétérinaires, contaminants environnementaux, agents biologiques néfastes (salmonelles, listeria, etc.) - dans les denrées animales, végétales et aliments pour animaux, en réalisant des prélèvements qui sont analysés par un réseau de laboratoires agréés et 30 laboratoires nationaux de référence. Plus de 800 000 résultats d’analyses sont obtenus.

En cas de non-respect des règles ou en cas de non-conformités, les opérateurs peuvent être sanctionnés par des amendes, des procès-verbaux, le retrait du marché ou la destruction de denrées, voire par des suspensions d'agrément ou des fermetures.

Voir aussi