À Grosville, des glaces artisanales en vente directe à la ferme
Mathilde Mochon

Éric Lecocq et Aurélie Hamel, éleveurs de vaches laitières à Grosville, dans la Manche (50), régalent les habitués et les touristes de passage avec leurs glaces artisanales, sans additifs, produites et vendues à la ferme. Ils sont aussi présents sur la plateforme Frais et local, qui référence les producteurs et points de vente directe dans toute la France.

Calvados, caramel au beurre salé, crème fraîche, fraise, chocolat extra, ou encore citron meringué et menthe stracciatella : voici quelques-uns des parfums de glaces que l’on peut trouver à la ferme de Aurélie Hamel et Éric Lecocq, près de Grosville, dans le Cotentin. Installé au cœur de l’exploitation, leur magasin de glaces est ouvert le samedi matin de 10h à 13h, et la semaine sur rendez-vous.

C’est en 2008 que le couple a eu l’idée de se lancer dans la transformation et la vente directe, afin de diversifier l’activité de la ferme. Restait à choisir quoi produire. « On voulait faire quelque chose de pas ordinaire. Les glaces artisanales, ça sort un peu du lot ! On avait aussi envie, en tant qu’agriculteurs, de voir du monde, il y a cette relation client qui nous faisait envie. À l’époque il n’y avait pas de concurrent ou presque, c’était le moment de se lancer », se souvient Aurélie.

« Notre vraie force, c’est le bouche-à-oreille »

Une fois la décision prise, ils achètent un concept clés en main, « Glace de la Ferme », proposé par la société néerlandaise Ice Delite. Au prix d’un investissement conséquent, ils bénéficient de tout le matériel nécessaire (établi, frigidaires, congélateurs, machine à glaces, recettes), d’une formation complète à la fabrication de glaces, ainsi que d’un soutien sur les aspects commerciaux et financiers de cette nouvelle activité.

Au fil des années, Aurélie et Éric parviennent à toucher un public de plus en plus large et diversifié. Habitués, touristes de passage, mais aussi revendeurs (maison des producteurs, maison des produits régionaux) et restaurateurs du bord de mer, à la recherche de glaces de qualité pour leur clientèle. « Notre vraie force, c’est le bouche-à-oreille », précise Aurélie. « On a souvent des clients à la ferme qui ont d’abord goûté nos produits dans un restaurant de la côte. Le bouche-à-oreille est ma meilleure pub, elle est gratuite, il faut la prendre. Pas besoin de distribuer des flyers ! »

Entre 12 000 et 14 000 litres de glaces chaque année

Aujourd’hui, la ferme vend entre 12 000 et 14 000 litres de glaces chaque année. Si la passion et l’envie sont toujours là après plus de dix ans, d’un point de vue financier l’objectif initial de rentabilité n’est pas rempli : l’essentiel des revenus de la ferme provient toujours de la vente du lait par les filières classiques. « Clairement, on ne fait pas ça pour l’argent », sourit Aurélie. « L’activité est hyper saisonnière, et c’est encore plus vrai dans le Cotentin que dans le Sud de la France. Quand il fait beau, on vend, s’il fait froid c’est beaucoup plus calme… Faire de la glace de qualité est très exigeant et chronophage, donc peu rémunérateur. »

Malgré ces difficultés, la passion demeure, comme le confie Aurélie : « J’adore ce que je fais, c’est une vraie passion ! » Elle ne manque pas d’idées pour la suite. En plus des glaces classiques, en pot ou en bâtonnet, elle a commencé depuis peu à confectionner des gâteaux glacés pour des événements, mariages, baptêmes, et des bûches pour la période de Noël. Elle explique aussi vouloir développer, dans un avenir plus ou moins proche, d’autres produits laitiers, comme des yaourts et des crèmes. Avant de tempérer aussitôt : « Pour tout ça, il va falloir réussir à dégager du temps… »

  • Mathilde Mochon
  • Mathilde Mochon
  • Mathilde Mochon

Voir aussi