Devenir responsable de production dans une entreprise agroalimentaire
ENILIA-ENSMIC

Charlotte est en deuxième année de BTSA Sciences et technologies des aliments (STA) au lycée agricole public ENILIA-ENSMIC (École nationale d’industrie laitière et des industries agroalimentaires - École nationale supérieure de meunerie et des industries céréalières) de Surgères, en Charente-Maritime. Elle a pour ambition de devenir responsable de production dans une entreprise agroalimentaire. Regards croisés sur ce métier avec Marie-Joëlle Lozac’h, son enseignante de génie alimentaire.

À chaque question posée à Charlotte, Marie-Joëlle Lozac’h apporte un éclairage de son point de vue d'enseignante.

Pourquoi as-tu choisi de t'orienter vers les métiers de l’agroalimentaire ?

Charlotte : Parce que les métiers y sont variés, que l’on peut rapidement avoir des responsabilités et évoluer dans l’entreprise. On peut travailler en production, faire du management d’équipe ou travailler dans le domaine de la qualité, de la recherche et développement.

Marie-Joëlle Lozac’h : « Effectivement, Charlotte cerne bien la multitude des métiers proposés en industrie agroalimentaire : gestion de production, management d’équipe, qualité, sécurité sanitaire et environnementale, recherche et développement, maintenance… Il y en a pour tous les goûts dans des filières très variées ! ».

En quoi cette formation te permet-elle de révéler tes talents ?

Charlotte : L’enseignement sous forme de projets, comme par exemple la « pluri-innovation », permet d’appliquer concrètement nos connaissances, d’aborder les différentes facettes des métiers et d’acquérir de l’autonomie. Les visites d’entreprises sont aussi très importantes pour découvrir les filières agroalimentaires et la diversité des postes proposés.

Marie-Joëlle Lozac’h : « L’enseignement en mode projet permet en effet de développer la curiosité, l’implication et l’autonomie des étudiants. Les travaux pratiques en hall technologique et en laboratoires ainsi que les stages en entreprise sont également des piliers essentiels pour l’acquisition des compétences en plaçant les étudiants en situation réelle ».

Envisages-tu une formation ultérieure ?

Charlotte : Oui, j’aimerais poursuivre mes études en école d’ingénieur pour approfondir mes connaissances et accéder rapidement à des postes à responsabilité en production. Je choisirai une formation par apprentissage.

Marie-Joëlle Lozac’h : « Le BTSA STA permet aux étudiants motivés et qui ont des bases solides d’envisager d'intégrer une école d’ingénieur. Il est également possible de poursuivre en licence professionnelle et d'accéder ensuite à un master. Les passerelles sont nombreuses et les voies de poursuites d’études et de professionnalisation très diversifiées ».

Comment te vois-tu exercer ce métier dans le monde de demain ?

Charlotte : J’envisage d’intégrer une entreprise agroalimentaire de taille moyenne. J’aimerais travailler dans le domaine de la deuxième transformation des céréales (biscuiterie, viennoiserie...). Dans l’immédiat, je vais rechercher une entreprise d’accueil dans cette filière pour ma poursuite d’étude par apprentissage. Après un stage dans l’artisanat, je peux dire que je suis davantage attirée par les métiers de l’industrie agroalimentaire.

Marie-Joëlle Lozac’h : « Le choix de l’apprentissage pour une poursuite d’études après un BTSA est pertinent car il permet d’acquérir des compétences professionnelles en prise directe avec la réalité du monde du travail. L’étudiant devient véritablement acteur de sa formation. Enfin, choisir de rejoindre une entreprise industrielle ouvre des horizons professionnels très larges en phase avec les problématiques de l’alimentation de demain ».


Consulter la liste des établissements qui proposent cette formation.

Voir aussi