Dauphins, marsouins… Comment lutter contre les captures accidentelles ?
Les Pêcheurs de Bretagne
De nombreux échouages de petits cétacés sont constatés ces dernières années sur le littoral Atlantique. La plupart des animaux présentent des traces de capture accidentelle par la pêche. Pour lutter contre ces captures accidentelles, un système acoustique a été mis au point : le Pinger.

« Langoustines, anchois, thon, poissons bleus… Notre quarantaine de marins pêche différentes variétés en respectant leur cycle de reproduction, essentiellement dans le Golfe du Morbihan », explique Eric Guygniec, responsable de la société APAK armement, située à Lorient.

La société est à la pointe des dispositifs anti-capture des cétacés : « cela fait quinze ans que nos sept bateaux sont équipés de Pinger. C'est une sorte de balise qui est placée dans le filet, on le recharge une fois par jour. Il émet des ondes acoustiques qui font fuir les cétacés. Dans la région, ce sont principalement des marsouins et des dauphins. » Et les résultats sont probants : « c'est très efficace, on ne remonte pratiquement plus aucun animal, on a vraiment vu l'évolution. Le dispositif Pinger, c'est un soulagement. »

La société APAK collabore avec des scientifiques de l'observatoire PELAGIS et l'entreprise Sinay, qui dépend de la Direction des pêches maritimes du ministère. « Embarquer des observateurs permet de faire avancer la recherche, de continuer d'améliorer le dispositif anti-capture des cétacés. Les dauphins et les marsouins, on veut les voir à l'avant des bateaux, pas dans nos filets. »

Un plan national d'action pour la protection des cétacés sera présenté fin 2019 conjointement par le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation et le ministère de la Transition écologique et solidaire.