Une enquête pour évaluer la santé de 85 massifs de chêne
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Crédit ci-après
Les dépérissements de chênes sont des phénomènes jusqu’alors assez peu fréquents mais qui interpellent le monde forestier compte tenu de l’importance économique et patrimonial que présente les massifs forestiers constitués de chênes en France.

L’expérience des dépérissements de chênes passés montre qu’ils sont toujours décalés de quelques années par rapport au stress et l’apparente bonne santé des chênes en ce début d’année 2020 ne préjuge pas que les chênes sessile, pédonculé voire pubescent ne seront pas, à leur tour, concernés par les effets du climat des années 2018 et 2019 qui ont été marquées par des sécheresses estivales particulièrement importantes.

C’est pourquoi il convenait, afin de bien caractériser un éventuel nouveau phénomène de dépérissement de certaines chênaies, d’établir un état des lieux précis d’un certain nombre de massifs de chêne « à enjeu » avant que les effets du climat de ces derniers mois ne se révèlent sur l’état des houppiers des chênes.

Ainsi, en lien avec les gestionnaires des massifs de chênes privés et publiques, un inventaire statistique de 85 massifs de chênes a été organisé au cours de l’hiver 2019-2020 et du printemps 2020. L’objectif était d’établir un état des lieux à l’échelle du massif visant à servir de base pour un retour à échéance de quelques années lorsque les éventuels effets du dépérissement seront à leur maximum.

À télécharger

Une enquête pour évaluer la santé de 85 massifs de chêne (PDF, 907.02 Ko)