Retraits des substances préoccupantes utilisées en agriculture en 2018
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

Au niveau européen, en 2018, l'approbation de quatorze substances actives n'a pas été renouvelée, suite à une évaluation défavorable de l'autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa), ou parce qu'elles ne répondent pas aux critères de mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques. Parmi ces substances, plusieurs comme le thiram et le propiconazole, entraient dans la composition de produits très utilisés, suspectés d'être des perturbateurs endocriniens.

La France a par ailleurs demandé à la Commission européenne de procéder au plus tôt au retrait de l'approbation des deux substances suivantes :

  • le thiaclopride, substance de la famille des néonicotinoïdes ;
  • l'époxiconazole, classé cancérigène, mutagène et reprotoxique de catégorie probable ou avérée (CMR1), sur la base d'un rapport scientifique de l'Anses du 30 octobre 2018 qui conclut au caractère perturbateur endocrinien avéré pour l'homme et pour les organismes non cibles.

Au niveau national, à la suite de plusieurs épisodes d'intoxication d'opérateurs et de riverains, et dans le cadre de la procédure de ré-autorisation du produit conduite par l’Anses, les produits phytopharmaceutiques contenant la substance métam-sodium ont été retirés du marché français en novembre 2018, toujours autorisée au niveau européen.