Priorité n°2 - La capacité à prévenir et réagir face aux risques sanitaires
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Le Projet loi de finance 2021 prévoit une augmentation des moyens du ministère dans les domaines de la sécurité sanitaire des aliments, de la santé et de la protection animales et de la santé des végétaux, avec un budget de 602 M€ en AE et 601 M€ en CP, soit une hausse de 5,4% par rapport à 2020.

Les contrôles sanitaires tout au long de la chaîne alimentaire et la surveillance des dangers sanitaires constituent une priorité du ministère. Sont concernés aussi bien le domaine végétal (lutte contre la bactérie Xylella fastidiosa, le capricorne asiatique, le virus du fruit rugueux de la tomate brune ToBRFV, etc.), que le domaine animal (prévention, surveillance et lutte contre les maladies animales : tuberculose bovine, influenza aviaire hautement pathogène, salmonelles, etc.) et le domaine de l’alimentation. L’augmentation des crédits alloués à ces actions résulte notamment de moyens accrus destinés à l’amélioration et au développement des systèmes d’information dédiés.

Ces crédits ainsi que ceux consacrés à la politique de l’alimentation sont pleinement orientés pour répondre aux attentes fortes et légitimes de nos concitoyens.

Les services du ministère seront ainsi mobilisés pour accompagner la transition agroécologique des productions agricoles et alimentaires, renforcer l’approvisionnement alimentaire de proximité et les circuits-courts, maîtriser l’utilisation des produits phytopharmaceutiques (la sortie de l'utilisation du glyphosate en particulier), ou encore pour atteindre l'objectif de 50% de produits de qualité (dont 20% de produits bio) ou locaux dans la restauration collective.

La mise en œuvre de la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous viennent compléter les actions déjà menées en renforçant les obligations des exploitants et des laboratoires dans le secteur alimentaire ainsi que les pouvoirs d’enquête et de contrôle des agents de l’État pour une meilleure efficacité du dispositif sanitaire français.

Enfin, le Projet loi de finance 2021 prend en compte la possibilité d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord en préservant la capacité du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation à recruter spécifiquement 320 agents pour rétablir les contrôles sanitaires aux frontières si nécessaire.