Plus de confort et de sécurité pour les agriculteurs des DOM
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Être agriculteur en outre-mer implique des conditions de travail particulières. Les combinaisons, gants et masques qui existent actuellement sur le marché des équipements de protection individuelle (EPI) ne sont en effet pas adaptés aux climats chauds et humides ni aux cultures tropicales. Dans ces conditions, les opérations de traitement phytopharmaceutiques deviennent particulièrement éprouvantes.

C’est donc pour limiter la pénibilité du travail agricole dans ces régions et préserver l’efficacité des EPI que le ministère chargé de l’Agriculture et le ministère chargé des Outre-Mer, avec le soutien financier de l’Agence française de biodiversité, ont lancé le challenge Epidom en juillet 2018. Intégré au plan Ecophyto II, son objectif est de mettre en compétition des équipes composées d’acteurs privés et publics (fabricants d’équipements, centres de recherche, etc.) pour encourager l’innovation dans les équipements de protection individuelle (EPI) des agriculteurs ultramarins des Antilles et de La Réunion.

Des acteurs locaux et des agriculteurs impliqués dans le challenge

Soutenue par des partenaires locaux, l’organisation du challenge a été confiée au pôle de compétitivité Qualitropic, basé à La Réunion et habitué à mobiliser des acteurs variés autour de projets complexes. Alors que le dépôt des candidatures s’est achevé le 15 septembre 2018, la première phase de test sur le terrain devrait commencer très bientôt.

Partant du recueil des attentes des agriculteurs concernés, alliés étroits du challenge, et des contraintes de cultures des territoires, la phase préliminaire du projet a consisté à établir un cahier des charges techniques qui a servi de base aux équipes pour imaginer et soumettre leurs nouvelles solutions. Les plus pertinentes feront l’objet de deux phases successives de prototypage, de tests sur le terrain et d’évaluation, toujours en lien avec les agriculteurs.

Une formidable opportunité de développement international

Le vainqueur de la compétition sera désigné au bout d’un an, en octobre 2019. Outre l’accompagnement financier que celui-ci recevra pour la certification de son équipement, le gagnant bénéficiera surtout de perspectives de marché plus qu’intéressantes puisque tous les pays tropicaux sont concernés par ces problématiques de protection des agriculteurs.

Plus d'informations sur le challenge Epidom.

Voir aussi