« Notre travail est une combinaison d'expertise, de coopération et d'aide au développement »
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr
Julie Brayer-Mankor a été conseillère aux affaires agricoles en Afrique de l'Ouest de 2014 à 2018. En novembre 2018, elle racontait en quoi consistait son métier : les principaux sujets et enjeux, l'approche de travail, les succès...

Les principaux sujets et enjeux

« Avec 1,2 milliard d'habitants et un doublement de sa population prévu en 2050, le continent africain fait face à un accroissement régulier de la demande alimentaire. Le grand défi pour ces pays est donc d'y répondre en prenant en compte les enjeux de sécurité alimentaire et de développement durable. L'Afrique est en effet une zone prioritaire de l’Aide publique au développement, avec une forte population rurale et des difficultés d’insécurité alimentaire dans certaines zones.

Dans la logique du continuum formation-installation-appui aux filières, il s'agit d'accompagner le développement de l’agriculture africaine vers un mode de production plus durable et sa mise à niveau au regard des normes européennes. L'appui à l’export et au développement de relations commerciales avec les pays de l'Afrique de l'Ouest est aussi une de nos priorités car, au-delà des enjeux géopolitiques existants, cette zone représente des enjeux commerciaux importants. »

L'export agricole et agro-alimentaire en chiffres

La France exporte vers les pays de l'Afrique de l'Ouest pour 1 milliard d'euros, ce qui représente 1,8% de nos exportations agricoles et agroalimentaires totales et 4,8% de nos exportations agricoles et agroalimentaires hors Union européenne.

L'approche de travail

« Notre travail est une combinaison d'expertise, de coopération (politique et technique) et d'aide au développement avec un enjeu majeur : aborder les sujets de façon transversale (inter-sectorielle, inter-politique et inter-acteurs). Ce qui induit pour le CAA un rôle fort de facilitateur de ces mises en liens, mais aussi du décloisonnement des approches, et ce grâce à sa connaissance large des politiques, secteurs et acteurs. Le CAA est aussi un passeur de messages et d’informations, un "porteur d’eau" entre les acteurs français (institutionnels et privés) et ceux des pays de la zone. »

Des success stories ?

« Sur le sujet export, le succès du SARA 2017 (Salon de l’agriculture et des ressources animales), qui s'est tenu à Abidjan (Côte d'Ivoire) en novembre 2017, avec une forte présence française (40 entreprises) a eu des résultats concrets. Outre le fait que la France sera le pays à l'honneur de l'édition 2019, les mises en liens entre secteurs privé (investisseurs, fournisseurs) et institutionnel ont permis que 2 des 7 abattoirs avicoles prévus en Côte d’Ivoire soient réalisés par une entreprise française. Sur les sujets de coopération technique et de dialogue politique, notamment dans le domaine de la formation professionnelle agricole, on peut citer la signature de contrats d’assistance technique en ingénierie de formation pour 3 projets au Sénégal, la mise en place d'un poste au Sénégal, et la collaboration avec le secteur privé et l’enseignement supérieur français agricole. »