Méthanisation : un diplôme universitaire en Lorraine pour une filière en plein essor

En novembre 2018, la formation a accueilli sa cinquième promotion de futurs chargés d'étude ou d'exploitation dans le secteur très en vogue de la méthanisation. Ouverte à un public hétéroclite, elle rassemble chaque année une dizaine de participants, dont la moitié sont de jeunes diplômés titulaires d'un BTSA et la seconde moitié des personnes en reconversion professionnelle. Leur point commun : porter un projet en lien avec la méthanisation. 

« C'est un filière naissante, très exigeante, qui évolue vite et fait appel à des savoir-faire multiples », explique Étienne Halbin, coordinateur de la formation. « L'idée est donc d'apporter aux participants une vision globale du sujet à travers l'acquisition de compétences concernant tous les aspects de la filière : techniques, réglementaires, logistiques, économiques, commerciaux... »

L'enseignement, qui mêle 12 semaines d'apprentissage théorique et un stage pratique de 17 semaines, se partage entre le lycée agricole de Bar-le-Duc (Meuse) et la ferme de l'École nationale supérieure d'agronomie et des industries alimentaires (ENSAIA), située près de Nancy (Meurthe-et-Moselle) et qui possède son propre méthaniseur. « Au cours de la formation, les participants vont rencontrer une cinquantaine d'intervenants (constructeurs, banquiers, agents de l'Ademe...) et visiter une vingtaine d'unités de méthanisation », précise Étienne Halbin. 

Une réponse aux besoins du territoire

À l’origine de ce diplôme, un vrai besoin de territoire : « Dès 2006, on dispensait à des groupes d'agriculteurs des formations courtes de sensibilisation aux enjeux énergétiques », raconte Étienne Halbin. « En 2012, après une étude d'installation de méthaniseurs sur le pays Barrois, on a décidé de se focaliser sur la méthanisation. On s'est rendu compte qu'il y avait d'énormes freins de compétences techniques dans ce domaine. Le diplôme universitaire est né de ce constat. »

Aujourd'hui, avec 85 unités de méthanisation en activité, la région Grand Est est la région française la mieux équipée. Et ce n'est pas fini : une quarantaine de projets ont abouti ou sont actuellement en cours ou à l'étude en Lorraine. Selon Étienne Halbin, « il s'agit de former les principaux acteurs de cette nouvelle filière liée à une démarche régionale d'intensification de la méthanisation sur le territoire. L'objectif, c'est l'insertion professionnelle ». Et effectivement, les débouchés sont bien là : la quasi totalité de la promo sortante avait déjà un emploi avant la fin de leur stage.

Les agriculteurs, public auquel était à l'origine dédiée cette formation, ne sont pas oubliés pour autant. Depuis 2017, ils peuvent, sur inscription, assister aux journées thématiques du programme.

Voir aussi