La plate-forme de surveillance de la chaîne alimentaire s’ouvre aux Internautes
Getty Images

Après la plate-forme d’épidémio-surveillance en santé animale et celle en santé végétale, c’est au tour de la plate-forme de surveillance de la chaîne alimentaire (SCA) d’ouvrir son site Internet dédié. Ce site est opérationnel depuis quelques jours et ouvert aux professionnels comme au grand public.

Il s’intègre pleinement dans la démarche « Une seule santé » (One health) qui promeut une approche globale et intégrée des enjeux sanitaires (santé humaine, santé animale, santé végétale) en lien avec l’évolution des milieux naturels.

La mise en ligne du site Internet offre une visibilité attendue à la plate-forme SCA créée en 2018. Constituée autour de partenaires publics et privés, la plate-forme veille notamment à la cohérence des différents dispositifs de surveillance et contribue à l’amélioration de la sécurité sanitaire des aliments. Le nouveau site permet de partager des informations issues de la veille sanitaire, mais également des supports méthodologiques et des résultats d’études.

Professionnels de l’élevage et de l’agroalimentaire, professionnels de santé, membres d’organismes et d’instituts techniques… Nombreux sont ceux qui pourront retrouver sur le nouveau site Internet les thématiques de travail de la plateforme SCA et le résultat des premiers travaux sur la surveillance intégrée des Salmonella, agent bactérien transmissible par l’aliment dont l’impact sur la santé humaine et l’économie est majeur.

Les bulletins de veille sanitaire (BuSCA) émis deux fois par mois par la plate-forme SCA sont également disponibles sur le site Internet : ces bulletins comprennent une série de brèves qui décrivent des événements sanitaires liés à l’alimentation, des informations issues d’études ou de bilans de surveillance et un article plus détaillé sur un sujet d’actualités.

Les 14 signataires de la convention cadre de la Plateforme SCA sont les ministères en charge de l’Agriculture, de la Santé et de l’Économie (DGAL, DGS, DGCCRF), des organismes scientifiques nationaux (Anses, Santé publique France, Inrae), des instituts techniques (Acta et Actia), des organisations professionnelles (Ania, CGAD, la Coopération agricole, FCD, Oqualim) et des laboratoires d’analyses (Adilva).

La plate-forme SCA travaille en étroite collaboration avec les plateformes d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA) et en santé végétale (ESV).