Rage : informations grand public et voyageurs

PANDÉMIE COVID-19

Dans le contexte de la pandémie de COVID 19, la Direction générale de l'alimentation met en place un dispositif dérogatoire permettant le rapatriement des carnivores domestiques (chiens, chats et furets) qui accompagnent le retour par avion de ressortissants français depuis les pays tiers. Le dispositif est étendu aux ressortissants d'une autre nationalité disposant d'une adresse de résidence en France.

Ce dispositif est mis en place de manière transitoire jusqu'au 1er octobre 2020. Il a été demandé aux compagnies aériennes d'effectuer un filtre des carnivores domestiques de compagnie lors de l'embarquement et de refuser les animaux ne respectant pas les dispositions décrites ci-dessous :

1. Les carnivores domestiques de compagnie accompagnant les ressortissants français en provenance de tout pays tiers sont autorisés à l'admission sur le territoire français sous réserve :

  • d'être identifiés (puce électronique ou tatouage si réalisé avant le 3 juillet 2011) et d'avoir leur vaccination antirabique en cours de validité conformément aux dispositions de l'annexe III du Règlement (UE) 576/2013, notamment :
    • l'identification de l'animal doit précéder sa vaccination contre la rage ;
    • l'animal doit être âgé d'au moins 3 mois pour être primovacciné contre la rage ;
    • l'animal ne peut être importé avant un délai de 21 jours après sa primovaccination ;
    • l'animal doit être à jour de ses rappels concernant la vaccination contre la rage.

2. Les carnivores domestiques de compagnie accompagnant les ressortissants français qui ne proviennent pas des pays tiers listés ci-dessous* et pour lesquels la réalisation du titrage sérologique des anticorps antirabiques est temporairement impossible en raison de l'épidémie, sont uniquement autorisés à l'admission sous réserve :

  • qu'ils remplissent les conditions sanitaires du point 1. ci-dessus, relatives à l'identification et à la vaccination antirabique
  • que le propriétaire dispose d'une adresse fixe en France pour au moins six mois et qu'il ait préalablement signé l'engagement à se conformer aux dispositions sanitaires requises, qui lui sera transmis, après consultation des pièces justifiant l'identification et la vaccination antirabique de l'animal.

Dans le cadre de cette instruction, ces autorisations seront accordées ou non par les DDecPP du lieu de résidence à destination, en lien avec le poste de contrôle frontalier du point d'entrée de l'animal sur la base des pièces justificatives transmises.

Toutefois, en cas d'arrivée par un autre État membre, ces autorisations resteront délivrées par le SIVEP central.

* Andorre, Antigua et Barbuda, Argentine, Aruba, Australie, Bahreïn, Barbade, Bélarus, Bermudes, Bosnie-et-Herzégovine, Canada, Chili, Curaçao, Emirats Arabes Unis, Etats-Unis d’Amérique, Fidji, Hong Kong, Ile de l’Ascension, îles BES (Bonaire, Saint-Eustache et Saba), Iles Caïman, Iles Falkland, Iles Féroé, Iles vierges britanniques, Islande, Jamaïque, Japon, Liechtenstein, Macédoine, Malaisie, Maurice, Mexique, Monaco, Montserrat, Norvège, Nouvelle Calédonie, Nouvelle Zélande, Polynésie Française, Royaume-Uni, Russie, St Christophe et Nevis, Ste Hélène, Ste Lucie, San Marin, St- Martin (partie néerlandaise), St Vincent et les Grenadines, Singapour, Suisse, Taiwan, Trinidad-et-Tobago, Etat de la Cité du Vatican, Vanuatu.

À télécharger

Rage - Instruction technique - COVID-19 (PDF, 121.2 Ko)

 

La France est indemne de rage. Les cas de rage en France proviennent tous d’animaux contaminés à l’étranger. La rage ne se transmet pas d’Homme à Homme.

La contamination de l’Homme se fait exclusivement par un animal au moyen de la salive par morsure, griffure, léchage sur peau excoriée ou sur muqueuse (œil, bouche). Elle débute 15 jours avant l’apparition des premiers symptômes de la maladie et jusqu’à la mort de l’animal. La rage ne se transmet pas entre hommes.

Recommandations importantes en cas de morsure

Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne, doit être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fait obligatoirement l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours.
En cas de morsure :

  •   il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique ;
  •   il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique et effectuer une mise à jour de la vaccination antitétanique ;
  •   il ne faut pas manipuler les animaux sauvages ou errants surtout lorsqu’ils sont trouvés malades ou blessés ;
  •   il faut acheter tout animal de compagnie selon les circuits légaux afin d’éviter la réintroduction de la rage en France, et limiter les risques pour soi-même ou les autres.

Informations à connaître :

<span class="media_embed"><img alt="La rage, une maladie toujours d'actualité : recommandations aux voyageurs" src="https://webtv.agriculture.gouv.fr/ressources/media/photo-4028-la-rage-une-maladie-toujours-d-actualite-recommandations-aux-voyageurs.jpg" /></span> <h2><span class="media_embed"><iframe allowfullscreen="true" class="player" frameborder="0" height="288" mozallowfullscreen="true" scrolling="no" src="https://webtv.agriculture.gouv.fr/index.php/player-html5-a1dc35363ad22543e701c68b4813aa97.html" webkitallowfullscreen="true" width="512">La rage, une maladie toujours d&amp;#39;actualité : recommandations aux voyageurs</iframe></span></h2> <p style="margin-bottom: 0cm;"><span class="media_embed">Vidéo réalisée par le ministère espagnol de l&amp;#39;agriculture, de l&amp;#39;alimentation et de l&amp;#39;environnement. Seule différence avec l&amp;#39;Espagne, en France, la période de surveillance est de 6 mois.</span></p>

ATTENTION : les conditions sont plus strictes pour les animaux de compagnie en provenance de pays n’appartenant pas à l’Union européenne et où la rage n’est pas maîtrisée.
Consulter la liste des pays « à risque » de rage (juin 2020) (PDF, 36.85 Ko)

Il est interdit de ramener des chiens et des chats sur le territoire français excepté sous certaines conditions sanitaires comme notamment:
- l’identification de l’animal,
- une vaccination antirabique en cours de validité,
- et avoir subi une prise de sang pour vérifier sa protection contre la rage au moins 3 mois avant son arrivée dans l’Union européenne, attesté dans un certificat sanitaire établi par un vétérinaire officiel du pays de provenance (le plus souvent vétérinaire de l’Etat) et accompagnant l’animal.

Le non-respect de ces prescriptions réglementaires fait l’objet de peines d’amendes.
Par mesure de précaution, il convient de se renseigner des conditions et modalités sanitaires d’introduction ou d’importation d’animaux de compagnie en France auprès des autorités sanitaires françaises (ambassade de France, services vétérinaires départementaux, ministère de l’Agriculture).

Plus d'infos

Voir aussi