Les différences sociales en matière d’alimentation - Analyse n°64

Malgré l’essor de la consommation de masse, les différences sociales n’ont pas disparu en matière d’alimentation. Elles ont évolué, se sont déplacées et parfois inversées : ainsi, alors que la consommation de poisson reste plus fréquente dans les foyers plus aisés, celle de viande, jadis réservée aux catégories favorisées, est désormais plus importante dans le bas de l’échelle sociale. Les achats de produits porteurs de signes de qualité, comme les produits biologiques, équitables ou AOC, sont assez nettement corrélés au niveau de revenu, de même que le recours à la restauration hors foyer. Si l’on peut escompter à l’avenir une certaine diffusion des pratiques aujourd’hui minoritaires, selon la logique de dispersion sociale des goûts observée historiquement, d’autres facteurs pourront également limiter cette diffusion, au premier rang desquels les contraintes économiques.

Les différences sociales en matière d’alimentation (PDF, 271.68 Ko)

Les notes d’Analyse présentent en quatre pages l’essentiel des réflexions sur un sujet d’actualité relevant des champs d’intervention du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt. Selon les numéros, elles privilégient une approche prospective, stratégique ou évaluative.