La position française sur la négociation de la politique agricole commune après 2020
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, a engagé à l’automne 2018 un premier cycle de consultation sur la future PAC avec l'ensemble des partenaires et des parties prenantes nationales. À l’issue de cette consultation et sur la base de ces échanges, la France s’est dotée d’une note de position générale sur la négociation de la PAC post 2020.

À télécharger

La France y réaffirme notamment son attachement à une PAC forte, au service d'une Europe forte et protectrice, permettant d'accompagner les agriculteurs dans leur transition et de répondre aux attentes des citoyens et consommateurs européens. Elle s’articule autour de 6 grands axes déclinant pour chacun les objectifs et les moyens à mettre en œuvre :

  • une PAC commune et forte au service d’une Europe forte ;
  • une PAC qui accompagne la transformation des filières agricoles et alimentaires ;
  • une PAC qui porte une ambition environnementale en donnant au secteur agricole les moyens de réaliser sa transition agro-écologique ;
  • une PAC qui protège contre les risques climatiques, sanitaires et économiques ;
  • une PAC qui assure le renouvellement des générations, la vitalité des zones rurales et protège les territoires les plus fragiles et les plus éloignés ;
  •  une PAC plus simple et plus compréhensible pour les agriculteurs et les citoyens.

Cette position française sera appelée à s'enrichir au fur et à mesure des échanges avec les partenaires et les parties prenantes nationales, ainsi qu’au fil des travaux du Conseil des ministres de l'agriculture de l'Union européenne.
Mais cette note de position constitue d’ores-et-déjà le socle des positions françaises qui sont et seront portées auprès des autres Etats membres et des institutions européennes dans les négociations à venir.