Guadeloupe : les défis du nouveau directeur de la DAAF
Didier-Laurent Aubert / DAAF Guadeloupe

La prise de poste du nouveau directeur de la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DAAF) de Guadeloupe, Sylvain Vedel, est l’occasion de se pencher sur l’économie, l’agriculture et les particularités de ce territoire à travers les grands dossiers conduits par la DAAF.

En Guadeloupe, deux filières dominent : la canne, pour le sucre et le rhum, et la banane. Ce sont des produits à forte valeur ajoutée qui sont essentiellement destinés à l’export. Il y a aussi de l’élevage, essentiellement bovin, et du maraîchage. L'île compte environ 4 600 exploitants, sur des structures de trois à quatre hectares. La faible envergure des exploitations en fait souvent une activité secondaire.

« Nous portons toutes les politiques du ministère, dans une déclinaison locale »

La gestion du foncier fait partie de nos priorités. Il s’agit de lutter contre l’artificialisation des sols agricoles sur un territoire exigu et de reconquérir des parcelles pour permettre à de jeunes agriculteurs d’y installer leur exploitation.

L’évolution des filières doit aussi se faire en concordance avec la politique de réduction des produits phytos, avec la mise en place d’itinéraires techniques bio ou demandant moins d’intrants. Les pratiques agroécologiques sont à construire et à promouvoir.

La DAAF est tout autant mobilisée au quotidien sur le contrôle des denrées alimentaires et sur la cartographie de la qualité des sols. L’autosuffisance alimentaire est un sujet important pour le territoire. Il s’agit d’approvisionner le marché intérieur et de rassurer les consommateurs sur la qualité des produits locaux.

Enfin, une place centrale est donnée à l’enseignement agricole. L’objectif étant de former les jeunes sur le territoire, de leur donner des perspectives d’emploi local, car beaucoup quittent la Guadeloupe pour rejoindre la métropole.

Sylvain Vedel, nouveau DAAF de la Guadeloupe

Ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts de formation, Sylvain Verdel a débuté sa carrière au sein des services déconcentrés (DAAF, DRAF, DDT). Originaire du Massif Central, son attrait pour les territoires d’outre-mer prend racine lors d’un service militaire comme Volontaire de l’Aide Technique en Guyane. Après plusieurs années passées à Gap (Hautes Alpes), la recherche d’un poste à la fois opérationnel et stratégique ainsi qu’une envie personnelle l’ont mené jusqu’en Guadeloupe, pour occuper ces fonctions au sein de la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt.