Éco-responsabilité : un ministère 100% exemplaire
08/11/2016
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
Voitures électriques, performance thermique des bâtiments ou préservation de la biodiversité, le ministère de l'Agriculture s'engage pour limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Dans son fonctionnement, le ministère donne l’exemple en réduisant de 10% son parc automobile, et en orientant 70% de ses achats vers des véhicules propres depuis 2014 pour l’administration centrale. La performance environnementale des bâtiments est également devenue une priorité : rénovation, travaux d’isolation visant à atteindre 30KWh/M2, luminaires de basse consommation à régulation automatique et utilisation de matériaux de construction durables, notamment pour les ossatures de second œuvre. Aujourd'hui, l’administration centrale utilise exclusivement de l'électricité 100% verte.

  • Le jardin de l’hôtel de Villeroy s’inscrit dans une démarche de gestion agro-écologique
    Zéro traitement chimique des espaces verts, potager bio, lutte biologique et jardinage 100% naturel (nichoir à mésanges, association intelligente de plantes), implantation de 4 ruches, installation d'un hôtel à insectes, compost des déchets organiques, etc...
  • A Toulouse, le centre informatique est engagé dans un projet de rénovation éco-responsable, visant à optimiser l'efficience énergétique
    La pose de panneaux photovoltaïques 100 % énergie renouvelable est à l'étude. L’optimisation de l’utilisation des ressources informatiques participe de ce mouvement d’ensemble par l’élaboration d’un « cloud » interministériel avec le ministère en charge de l’Ecologie, équipé de processeurs plus performants.

  • En charge de la formation des agents et la modernisation de leurs outils de travail, le secrétariat général intervient par une politique de formation continue volontariste (modules e-formation mis en ligne, 140 référents régionaux en services déconcentrés et dans les établissements scolaires formés, modules d’agro-écologie dans les formations statutaires).

  • Enfin, dans ses travaux et à travers ses publications, le centre d’études et de prospective, participe activement à la diffusion des stratégies d’adaptation au climat : perspectives d’atténuation des GES, participation à l’élaboration de la stratégie nationale bas carbone et à une prise en comptes des enjeux de la future PAC.