Devenir professionnel des services aux personnes et aux territoires
MFR de Conty

Aurélien est en terminal bac pro Services aux personnes et aux territoires (SAPAT) à la MFR de Conty (Somme). Il a pour ambition de devenir professionnel dans le domaine des services aux personnes et du commerce en milieu rural. Regards croisés sur ce métier avec sa maîtresse de stage, Virginie Coin, gérante de deux magasins de produits du terroir.

À chaque question posée à Aurélien, Virginie Coin apporte son point de vue de professionnelle.

Pourquoi as-tu choisi de t'orienter vers les métiers du service aux personnes et aux territoires ?

D’abord parce que j’aime me sentir utile en apportant une aide, un soutien et en rendant service. La satisfaction des personnes avec qui je travaille est pour moi un moteur. Je suis assez affectif et je crée facilement des liens forts avec les personnes que j'accompagne.

Crédit ci-après
Cœur de Picardie
Virginie Coin : « Pour ma part, j’ai toujours été attirée par le milieu agricole du coté de mes grands parents, l’un cultivant la terre au-dessus et l’autre en-dessous dans les mines… Mes parents étaient artisan et commerçant, dans le domaine de l’automobile. De par mes origines, j’allie ainsi le milieu agricole et le commerce. Les atouts, c’est de combiner un métier et une passion. Les inconvénients, c’est le nombre d’heures à y consacrer, sans avoir le rendu de son travail. »

En quoi cette formation te permet-elle de révéler tes talents ?

Au départ, je n’étais pas très sociable, je restais souvent dans mon coin. Petit à petit, au fur et à mesure des cours et des stages, je me suis vraiment ouvert aux autres, j’ai pris confiance en moi et en eux. Dernièrement, j’étais en stage dans un magasin de vente de produits locaux. J’avais un rôle polyvalent, qui allait de l’accueil des clients à la gestion de la caisse et des rayons. Cela m’a beaucoup plus et a été l’occasion d’avoir de nombreux échanges avec les clients.

Virginie Coin : « J’ai moi-même un cursus 100% agricole, avec un BEPA, un BTA (ancien bac pro) et un BTSA ACSE. Mon objectif, c'était de reprendre une exploitation agricole, mais n’ayant pas de parents issus du milieu, je me suis vite retrouvée coincée. Après plusieurs expériences en para agricole, j’ai ouvert Cœur de Picardie, magasin spécialisé en produits du terroir. Je voulais aider des agriculteurs à ma façon, en vendant leurs bons produits, et, surtout, continuer à travailler avec eux ! »

Envisages-tu une formation ultérieure ?

Oui, j’envisage de faire un BTS Économie sociale familiale (ESF). J’ai encore du mal à dire exactement le métier que j’exercerai, mais ce sera sûrement du service à la personne en zone rurale, pour des gens qui en ont besoin.

Virginie Coin : « C'est important de s’accrocher dans ses études. L’orientation, c'est une chose, mais avec de la motivation, on va encore plus loin. Le monde agricole recrute, dans le domaine du commerce agricole, dans celui de l’écologie aussi. L’avantage de l'enseignement agricole, c’est la conciliation de l’école et du terrain. Les stages nous mettent dans les conditions du quotidien. J’ajouterais que ce métier est avant tout une passion, et qu’il y a de l’évolution possible. »

Comment te vois-tu exercer ce métier ?

Je serai mobile s’il le faut. L'objectif, c’est avant tout que les gens soient satisfaits de ce que je leur apporte, que ce soit à domicile ou sur un lieu d’accueil. Les besoins dans ces métiers-là sont loin de baisser. Je ne suis pas inquiet, je sais qu'il y aura du travail dans le futur. En zone rural, nous avons moins d’équipement et de lieu d’accueil : il faut donc raisonner un peu différemment...

Virginie Coin : « Plus globalement, je crois qu'il faut avoir un nouveau regard sur l'agriculture… Avant, on demandait de produire encore et encore, c’était le système intensif. De mon point de vue, celui-ci avait un sévère impact sur l’écologie, le bien-être animal et la santé publique. Aujourd’hui, il faut s’adapter à ce que nous donne la nature, privilégier l’agriculture raisonnée ou biologique. »


Consulter la liste des établissements qui proposent cette formation.

Voir aussi