Conférence Resinter : une journée dédiée à l’élevage et aux productions animales
09/09/2019
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr
La conférence 2019 du Réseau International du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (Resinter) a eu lieu ce jeudi 29 août au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Cette année, le sujet retenu a concerné la place de l’élevage et des productions animales dans le monde de demain.

Après le discours d’ouverture de Monique Éloit, directrice générale de l’OIE, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, a pris la parole pour remercier l’ensemble du réseau pour son implication et son engagement quotidien à l’international : « Le réseau diplomatique bénéficie de différentes expériences car il travaille sur différents terrains. La construction d’orientations politiques se fait avec l’expérience du terrain. Construire demain l’agriculture moderne avec ses transitions – écologique, économique, sociale et sanitaire – est l’enjeu principal, sans quoi nous raterions la marche du défi de demain ».

Poursuivant l’une des orientations fortes du président de la République, le ministre a rappelé l’importance de la lutte contre le réchauffement climatique et l'importance de la transition agroécologique. Il a également évoqué d’autres grands sujets d’actualité tels que le Brexit, les accords commerciaux, les entreprises agroalimentaires, la négociation de la future PAC, etc.

Crédit ci-après
Pascal Xicluna / agriculture.gouv.fr

La suite de cette conférence s’est organisée autour d’un exposé introductif par Jean-Louis Peyraud, président du Groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Avenir Élevages » à l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et président de « Animal Task Force » qui est une plate-forme Européenne de partenariat portant sur les questions de recherche sur les systèmes de production animale. Jean-Louis Peyraud a mis en lumière la nécessité de repenser la place et les rôles de l’élevage, et de mesurer ses performances en prenant en compte l'ensemble de ses fonctions et de ses externalités (positives et négatives) afin de contribuer pleinement au développement de systèmes agricoles et alimentaires plus durables.

La journée a ensuite été ponctuée de trois tables rondes :

  • « Comment les initiatives internationales accompagnent-elles la transition des élevages vers plus de durabilité ? »
  • « Quels seront les déterminants des échanges commerciaux demain ? Quels impacts pour les filières ? »
  • « Quelles politiques européennes pour accompagner les filières et les territoires ? »

En fin de journée, Frédéric Lambert, chef du service Europe et International du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a conclu les travaux en insistant sur la nécessaire prise en compte de l'ensemble des trois piliers de la durabilité : social, économique et environnemental pour pouvoir construire la place de l’élevage dans le monde de demain. Il a également insisté sur l'importance des normes, notamment des normes sanitaires, tant pour la protection des consommateurs et la prise en compte des attentes sociétales que pour les échanges commerciaux.

« Les défis ne pourront être relevés qu'avec l'engagement de l'ensemble des acteurs et grâce à un dialogue ouvert et constructif : les agriculteurs, les entreprises, la société civile et les chercheurs, dont le rôle est indispensable pour éclairer les prises de décisions. »

Retrouvez le programme détaillé de cette journée ainsi qu’une présentation des intervenants : Quelle place pour l’élevage et les productions animales dans le monde de demain ? (PDF, 1.41 Mo)
 

Pourquoi une conférence Resinter ?

Chaque année, la conférence Resinter a pour objectif de réunir la communauté de travail du ministère en charge de l’agriculture qui travaille, depuis la France ou à l’étranger, sur les questions européennes et internationales. Il s’agit à la fois de consolider ce réseau d’acteurs, qui est essentiel pour l’action du ministère, mais aussi d’échanger sur un sujet à enjeu pour le ministère afin d'éclairer au mieux les politiques mises en œuvre à partir de l’expertise de ce réseau.