Crédit ci-après
Xavier Remongin / agriculture.gouv.fr

27 mars 2019 Info +

Charte emploi : des résultats tangibles pour l'ensemble de la filière alimentaire

Montée en compétence des salariés, sécurisation des parcours professionnels, amélioration des conditions de travail… face à ces enjeux, les partenaires sociaux de la filière alimentaire (ANIA, Coop de France, CGAD, CNADEV, FIA, FEDEV, CULTURE VIANDE, CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO) ont signé avec l’État (ministère chargé du Travail et de l’Emploi et ministère chargé de l’Agriculture et de l’Alimentation) une charte nationale de coopération pour le soutien et l’accompagnement des entreprises de la filière alimentaire et de leur salariés.

Initiée en 2009, cette charte a été renouvelée en 2012, en 2015 et en 2017.

Depuis 2015 la charte est articulée autour de trois axes :

1- La sécurisation des parcours professionnels et le renforcement des compétences des salariés ;
2- L’amélioration des conditions de travail à travers notamment l'amélioration de la qualité de vie aux travail ;
3- Accompagner les entreprises dans leurs démarches de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

La charte a pour cible principale les TPE/PME et les entreprises de moins de 250 salariés. Elle favorise en priorité l’accompagnement des actions d'ingénierie de formation et des actions collectives inter-entreprises permettant mutualisation, capitalisation et transfert.

Une évaluation de la charte a été réalisée sur la période 2015-2018. Les travaux font apparaître les résultats suivants.

Le volet national a concentré 14% des dépenses réalisées et le volet régional a mobilisé 86% des dépenses réalisées sur la période.

S’agissant de l’axe 1, la charte a :

  • contribué au développement de la notion de « filière » en fédérant plusieurs branches professionnelles autour de la modularisation et de la certification en mettant en avant les compétences qu’elles avaient en commun. Les travaux menés sur les certificats de qualification professionnelle (CQP) et leur inscription au répertoire national (RNCP) ont également contribué à la notion de filière.
  • contribué au développement d’une ingénierie de formation au plus près des besoins en compétences des entreprises en faisant évoluer les OPCA vers des actions collectives inter-entreprises ou inter-sectorielles.

Concernant l’axe 2, la charte a contribué à renforcer l’attractivité de la filière alimentaire. La mobilisation du réseau Anact-Aract a ainsi permis de développer l’Agro-Tour en complément du dispositif de prévention des risques professionnels mis en place par Opcalim, au déploiement duquel la charte a contribué.

Enfin, concernant l'axe 3, la charte a financé auprès des entreprises de la filière, des actions relevant du management afin d’accompagner les évolutions professionnelles des salariés (encadrement intermédiaire).

Pour en savoir plus, consultez la synthèse de l'évaluation 2015-2018.