Résultats de l’enquête sur l’image du CGAAER
Les principaux résultats de l'étude d'image du CGAAER réalisée dans le courant de l'année dernière auprès des abonnés à La lettre du CGAAER sont présentés.

voir crédit
Xavier Remongin/agriculture.gouv.fr

J’ai souhaité engager une étude d'image du CGAAER qui s'est déroulée en adressant en juin dernier un questionnaire aux 49 000 abonnés à La lettre du CGAAER, ainsi qu'en recueillant, par entretiens, l'avis d'une cinquantaine de décideurs de l'administration centrale, de services déconcentrés, d'opérateurs publics, d'établissements d'enseignement et de recherche, d'organisations professionnelles et d'élus. Une quinzaine de membres et de personnels du CGAAER ont été mobilisés à cet effet.

L'objectif était d'apprécier la notoriété du CGAAER, l'institution, ses membres, son travail, et d’identifier les voies et moyens susceptibles d'améliorer son efficacité.

L'envoi du questionnaire a généré près de 4 500 réponses, élevant à 9 % le taux de réponses. Sur les 70 % qui connaissent le CGAAER, 85 % le jugent utile, plus de 80 % admettent la compétence et l'impartialité de ses membres, ainsi que la qualité de leur travail. Cependant près de 40 % regrettent que la communication sur les rapports de mission ne soit pas plus importante.

Si l'institution CGAAER est reconnue comme « ...une structure solide, disponible et efficace au service des politiques publiques », certains regrettent qu'elle soit « une instance de réflexion plus que d'intervention ».

Ses membres sont appréciés pour leur expérience, leur hauteur de vue et, parfois même, pour des compétences qui deviennent rares. Le renfort de jeunes pourrait apparaître comme une évolution intéressante.

Quant au travail produit par le CGAAER, les rapports de mission sont généralement bien considérés. La partie « analyse » est souvent plus appréciée que la partie « recommandations » jugée trop prudente ou pas assez opérationnelle. Le principal regret concerne les suites données à un rapport qui sont généralement peu divulguées.

Les nombreux déplacements sur le terrain générés par les missions sont toujours appréciés, même si certains interlocuteurs peuvent être sollicités jusqu'à une fois par mois ! Les missions d'urgence avec désignation d'un membre du CGAAER assurant la coordination générale sont plébiscitées sans réserve.

La lettre du CGAAER est bien repérée et, lorsque lue, bien appréciée aussi. Mais il manque un volet institutionnel à la communication du CGAAER : comment il fonctionne, qui sont ses membres, quelles sont les modalités de saisine de mission…? Beaucoup considèrent aussi qu'il faudrait davantage valoriser les rapports, en particulier auprès des parties prenantes.

En définitive, cette étude donne au CGAAER l'assurance de poursuivre utilement sa réflexion stratégique en y intégrant les nouvelles voies d'évolution qui ont été dégagées. Ses résultats ont été présentés à l'assemblée générale du CGAAER du 7 novembre 2019.

Alain Moulinier
Vice-président du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux

Voir aussi