Produire des tomates avec des énergies nouvelles
Cheick Saidou / agriculture.gouv.fr

Chez Savéol, lever de soleil en breton, les énergies renouvelables sont au cœur des préoccupations de la coopérative fondée en 1964. Ordinateurs climatiques, réservoirs d’eau chaude pour le stockage d’énergie, écrans thermiques… Savéol utilise différents dispositifs pour réduire sa consommation d'énergie de ses serres. Et ça marche : sa consommation a baissé de 40% entre 2004 et 2014. 

Pour chauffer ses 280 hectares de serres, la coopérative de maraîchers a adopté différentes solutions - récupération d'énergie thermique fatale, chaudières et cogénération biomasse - si bien qu'aujourd'hui 18% des besoins thermiques sont produits par les énergies renouvelables. 

Température, humidité, arrosage… Les serres de tomates et de fraises sont entièrement pilotées par informatique. Au pied des serres, les chaudières sont alimentées par des bois déchiquetés, fractionnés en copeaux. Toute cette biomasse (palettes de transport en bois et plaquette forestière par exemple) est collectée dans des entreprises de la région spécialisées en ameublement ou encore auprès des déchetteries, dans un objectif d'économie circulaire. 

En avril 2018, Savéol a lancé le cercle Énergies Nouvelles avec notamment l'Ademe, EDF, Région Bretagne et plusieurs entreprises locales et nationales. Objectif : développer la transition énergétique chez les maraîchers en permettant aux producteurs et spécialistes de se rencontrer régulièrement afin de mettre en œuvre les solutions les plus adaptées à leur exploitation, dans une logique de rentabilité technico-économique.