Mexique

 

Télécharger la fiche mexique - collection 2019 (PDF, 247.96 Ko)

Contexte agricole et relations internationales

Ce qu'il faut retenir

  • Le Mexique, 11ème producteur mondial d’aliments, figure parmi les principaux producteurs et exportateurs d’avocats, de bière, de tomates, piments, et citrons verts. Sa balance commerciale agricole et agroalimentaire est bénéficiaire depuis 2015 et s’établit en 2018 à 6,4 Md€.
  • Les relations extérieures du pays se caractérisent avant tout par sa relation avec les États-Unis, fournisseur de 70 % des importations agricoles du pays et 1er client, étant destinataire de 80 % des exportations mexicaines. En conséquence, l’accord de libre-échange avec l’Amérique du Nord est un point sensible pour le secteur agroalimentaire au Mexique, secteur pour lequel le pays dispose d’avantages comparatifs (climat, coût de la main-d’œuvre).
  • Le secteur agricole mexicain présente certaines faiblesses structurelles : fortes inégalités (entre grandes exploitations exportatrices au Nord et agriculture de subsistance au Sud), faible productivité, manque d’équipements, problèmes d’accès à l’eau et de sécheresse récurrents, et faible organisation des producteurs. Face à cette situation, le Mexique a entrepris ces dernières années un mouvement de modernisation de son secteur agricole.
  • En matière commerciale, le Mexique a signé 12 traités de libre-échange avec 46 pays. Le pays regarde aujourd’hui davantage vers la zone Pacifique et vers l’Asie, avec pour nouveaux grands partenaires le Japon, la Chine, et dans une moindre mesure la Russie.
  • Les exportations agroalimentaires françaises vers le Mexique restent peu développées (127 M€ en 2018). Elles se concentrent essentiellement sur les vins et spiritueux, et dans une moindre mesure les oléagineux, l’alimentation animale, les produits de la minoterie et les préparations alimentaires diverses. La balance commerciale agroalimentaire, devenue déficitaire pour la France en 2017, s’améliore légèrement à – 43 M€. Cette inversion du solde commercial est liée à l’absence d’exportation de céréales françaises vers le Mexique.

Sources : Ambassade de France au Mexique, Ministère mexicain de l’Agriculture et du Développement rural, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Banque mondiale, FAO.

Voir aussi